Isolation des murs d’une maison ancienne

L'isolation des murs en rénovation - Isolation des murs d’une maison ancienne

Le particulier qui choisit de rénover une vieille ferme, une maison en pierre ou encore un bâtiment industriel en briques souhaite en conserver le charme tout en profitant du confort apporté par une isolation thermique performante également sur les murs. Des solutions existent mais nécessiteront plus de créativité dans la stratégie thermique et certainement d’inévitables arbitrages !

Les murs épais dispensent-ils d’une isolation des murs ?

Idée reçue n°1 : Les maisons anciennes ont-elles réellement besoin d’isolation ?

L’opinion commune est que des murs épais et denses protègent naturellement des fluctuations importantes de température et n’ont donc pas besoin d’isolation. Or, un mur épais n'a pas de capacité à réagir immédiatement aux écarts de température et n’isole pas réellement du froid ou de la chaleur. S'il est vrai qu'un mur épais ralentit l’entrée du froid grâce à son inertie, après un certain temps d’exposition il ne devient pas plus isolant qu’un mur fin et constitue donc une source de déperditions de chaleur durant tout l'hiver. De même, en été, si un mur épais et lourd ralentit l'entrée de la chaleur (le temps de sa montée en température), il peut devenir source d'inconfort lors d'une longue période de chaleur. La surventilation nocturne n'est plus suffisante à faire retomber le mur en température et la chaleur stockée jour après jour s'évacue aussi vers l'intérieur de la maison pouvant provoquer un excès de chaleur alors qu'un besoin de fraîcheur est attendu.

Les murs anciens, qui peuvent être très épais (parfois jusqu'à 1m), ne peuvent donc pas apporter une isolation et un confort suffisants. Ils ne peuvent non plus réduire correctement les consommations d’énergie et doivent être isolés.

Cela est aussi vrai pour les bâtiments d’après 1945 dont les murs en béton ne sont pas épais. Pour les 30 millions de logements construits avant 1974 (date de la 1ère réglementation thermique), aucune obligation d’isoler n’était imposée. Il en résulte que ces maisons ou immeubles sont de véritables épaves thermiques.

A savoir : Il faut 10,5 m de granit, 4.2 m de béton plein et seulement 0.09 m d’un isolant en lambda (λ ) de 0,030 W/(m.K) pour assurer une résistance thermique R= 3m2.K/W.

Idée reçue n°2 : Est-il vrai que seuls les premiers cm d’isolant comptent et que le reste ne sert à rien ?

Si l’épaisseur du mur ne permet pas d’assurer un confort d’isolation suffisant, l’épaisseur de l’isolant est en revanche un paramètre fondamental ! Il n’y a pas de secret : plus le flux de chaleur est réduit, moins il y a de pertes de chaleur (en hiver) et moins les pièces se réchauffent en été. Donc, une forte résistance thermique de l’isolant est indispensable.

A lambda égal, plus l’isolant est épais, plus la résistance thermique est forte. La résistance thermique d’un matériau est fonction de son épaisseur et de sa conductivité thermique (λ ) : R = e en mètre / λ . Il est donc faux de dire que seuls les premiers centimètres isolent. Il ne faut pas seulement tenir compte de l’épaisseur mais considérer la conductivité thermique (λ ) intrinsèque de l’isolant.

A titre d’exemple, il existe des laines de verre de différentes qualités dont le λ varie de 0,040 W/(m.K) (dit "lambda 40", pour la laine la moins performante) à 0,030 W/(m.K) (pour la plus performante).
Parler seulement de "20 cm d’isolant en laine de verre " ne permet pas de connaître la résistance thermique obtenue :

  • 20 cm d'une laine en lambda 40 donnent une résistance thermique R= 5 m2K/W
  • 20 cm d'une laine en lambda 32 donnent une résistance thermique R= 6,25 m2K/W
  • Mais avec une laine au lambda 32, pour obtenir R = 5 m2K/W, 16 cm suffisent !

Veillez à bien faire mentionner de quel produit il s'agit si sur votre devis d'isolation est seulement mentionnée "une isolation de 20 cm", sans aucune précision sur les caractéristiques techniques de l'isolant.

Murs en briques, en pierres apparentes, murs pas droits … les compromis entre isolation thermique et esthétique

Vous pouvez vouloir laisser visibles certains éléments de l’architecture : des structures métalliques dans un atelier ou une ancienne usine, des murs de pierres ou briques apparentes qui témoignent de la mémoire du lieu et lui confère son charme. Ces choix esthétiques ne sont pas anodins, ils peuvent réduire la performance thermique globale du bâtiment : un mur de pierres ou briques laissé apparent constitue un pont thermique dans l'enveloppe du bâtiment. Non isolé, il peut aussi être sujet aux phénomènes de condensation avec les différences de température (notamment sur le cycle jour/nuit) et plus particulièrement dans une pièce humide. Des solutions d'isolation existent et il est donc important de concevoir son projet de rénovation de façon globale afin d'anticiper du mieux possible la problématique liée à ce type de choix et d'opter pour des solutions d'isolation réduisant ce type de risque.

Plusieurs solutions existent pour l’isolation des murs en rénovation :

  • privilégier un mur intérieur (cloison, mur de refend) pour laisser un mur de pierre apparent,
  • opter pour une isolation par l'extérieur ,
  • recréer un mur en pierres au-devant de la paroi après l’avoir isolée (pierres décoratives ou récupération de vieilles pierres).

> Les murs de votre bâtisse ne sont pas droits : une isolation par l'intérieur peut permettre de rattraper les inégalités en mettant en oeuvre un doublage sur ossature métallique . Vous avez une préférence pour les vieux murs dont les inégalités témoignent du vécu du bâti plutôt que pour un mur bien perpendiculaire au sol ! Préférez alors une isolation des murs par l’extérieur .

> Une lame d'air est-elle nécessaire entre l'isolant et le mur à isoler ? Dans la plupart des cas, l’isolant peut être posé au contact du mur. Une lame d’air entre le mur et l’isolant est nécessaire en isolation par l'intérieur lorsque les murs sont poreux (pierre tendre, pisé, torchis, pierres jointoyées à la chaux …) ou selon leur situation géographique et climatique (exposition aux vents de pluie, pluie battante, front de mer…)*.

Les règles de l’art « DTU 20.1 » requièrent de laisser une lame d’air de 2 cm minimum, continue sur toute la paroi, entre le mur support et l’isolation à l’aide de tasseaux bois. Ils devront être traités à l'aide d'un produit insecticide et fongicide correspondant à l'essence de bois utilisée. Positionnés à la verticale, leur espacement est fonction de la largeur et de la rigidité des panneaux et doit assurer au moins 2 lignes d'appui par panneau pour garantir la pérennité de la lame d'air sur la hauteur de paroi. Cette précaution a pour objectif de maintenir l’équilibre hydrique du mur. Le doublage rapporté devra comporter un pare-vapeur (Sd supérieur à 18m) entre l’isolant et le parement pour éviter que la vapeur d’eau produite à l'intérieur du logement ne migre dans la paroi.

*Les définitions des différents types de murs sont proposées dans le DTU 20.1 Partie 3. 4 types de murs sont définis par ordre de sensibilité décroissante à la pluie. La lame d'air est nécessaire pour les murs de type IIb et III (ex : mur comportant côté intérieur une cloison de doublage sèche ou maçonnée et séparés par une lame d'air continue).

> L'isolation des murs peut aussi être l'occasion d'améliorer l'acoustique d'un logement ancien : comme pour le thermique, le traitement acoustique doit être pensé dès la phase de conception et de façon globale pour l’ensemble des parois : laisser une partie non traitée constitue un « pont acoustique » et revient à ne rien faire puisque toute l'énergie sonore passe par ce point de faiblesse. Mais reste le choix propre à chacun de privilégier l'esthétique à l' isolation acoustique !

Dans tous les cas, les professionnels pourront vous aider à effectuer les arbitrages nécessaires entre la thermique, l'acoustique et l’esthétique. Ne pas oublier qu'une rénovation de l'ancien mettant en œuvre une isolation étanche à l'air sur les parois et le remplacement des ouvertures (fenêtres, portes) doit aussi prévoir un système de ventilation afin d'assurer le renouvellement sanitaire de l'air. Opter de préférence une VMC hygro B ou si la configuration s'y prête une ventilation double flux avec récupérateur de chaleur pour les économies d'énergie qu'elle génère.

Nota : si les murs comportent des remontées d'humidité du sol ou remontées capillaires (absence d'arase - membrane d'étanchéité - sur les fondations), il convient de les traiter avant toute mise en œuvre d'une isolation (cf. isoler un mur humide ).

En savoir plus :


69 commentaires

  • Marianne

    Il y a 7 jours

    Bonjour,
    Nous avons acheté une maison de 1958. Les murs sont composés de parpaings d'un vide puis d'une épaisseur de brique. Est il possible d’insuffler de l'isolant non compact dans les murs ?
    Par ailleurs, le sol du RDC n'est pas isolé, il repose directement sur le vide sanitaire. Peut on isoler le vide sanitaire de la même manière sachant qu'on a que deux petits regards pour y acceder ?
    Dernière question, si nous procédons à ces deux choses, la maison qui ne bénéficie pas de VMC mais seuleument d'aérations sur l'exterieur sera t-elle toujours bien ventilée et saine ?
    Merci pour vos réponses.
    Marianne
  • A. Mauger

    Il y a 1 mois

    Bonjour, à tous,
    cela fait quelques semaines que je cherche partout des informations qui soient cohérentes au sujet de l'isolation de notre future maison. Avec mon compagnon, nous allons acheter un ancien bâti (1750) avec des murs en brique pleines épais de 43 cm en moyenne. Il y a un an et demi, le propriétaire actuel a passé tous les murs avec un enduit chaux (je n'en sais pas plus) car il voulait transformer le bâtiment en écurie. A l'heure actuelle, il n'y a donc aucune menuiserie, mais 4 murs, un toit et une dalle de béton fibré. Nous souhaitons re-créer un étage avec des fenêtres de toit, et au rez-de-chaussée, cinq fenêtres en double vitrage (nous sommes très bien orientés avec un mur mitoyen au nord mais pas encore de voisin) et surtout mettre un plancher chauffant au rez-de-chaussée, avec un VMC double flux et notre plaquiste nous conseille une isolation en GR 32, en 140 ou en 160. Mon oncle architecte pense qu'avec l'inertie de la brique, un GR 32 en 110 pourrait suffire, mais même si le climat dijonnais est clément, nous craignons le froid etomgu l'humidité.
    Qu'elle est donc la meilleure solution afin de raliser une isolation intérieure efficace hiver comme été et qui laissera les murs respirer ? Merci d'avance pour vos retours.
    • sofi29

      Il y a 1 mois

      Bonjour A. Mauger,

      Dès lors que vous réalisez une isolation par l’intérieur, vous limitez l’inertie des murs. L’un des principaux avantages de l’isolation par l’intérieur est d’avoir un habitat très réactif au besoin ou non de chauffage : lorsqu'il est nécessaire de chauffer, vous allumez votre chauffage et il chauffe l’air intérieur sans délai. Au contraire, lorsque vous conserver une forte inertie intérieure, en isolant par exemple ce type de mur épais par l’extérieur, il faut savoir anticiper les périodes de froid car avant de pouvoir bénéficier du confort de la chaleur dans votre logement, il faudra attendre que l’ensemble de la structure soit montée en température pour sentir ensuite l’air intérieur se réchauffer réellement (plus les murs sont épais, plus il y a d'inertie et plus la "mise en chauffe" est longue...). De même, lorsque vous vous absentez et que vous coupez le chauffage, il faut attendre la remontée en température de la structure. C’est donc une gestion tout à fait différente du confort intérieur.

      En matière de performance thermique à mettre en œuvre, 100mm avec R=3.15m2.K/W permettent de répondre aux exigences de la Réglementation thermique des bâtiments Existants (RTE) mais pour votre confort, mieux vaudrait viser une résistance thermique R > 4m2.K/W en optant au moins pour 140mm de GR32 (avec R=5, vous visez le niveau d’isolation prévisible pour la prochaine réglementation thermique BEPos - Bâtiment à Energie Positive).

      Pour la gestion de la vapeur d’eau, il est nécessaire de prévoir un système de ventilation contrôlée. Il est intéressant de pouvoir avoir plusieurs vitesses de renouvellement de l’air intérieur, par exemple, pour pouvoir rafraîchir l’intérieur du logement durant la nuit, si l’ouverture des fenêtres n’est pas possible (bruit et/ou sécurité).

      Pour les fenêtres de toit, n’oubliez pas de prévoir une occultation extérieure des vitrages pour le confort d’été (store extérieur à minima ou volet). Sans occultation, les vitrages échauffent l’air du comble durant toute la durée d’ensoleillement et agissent comme autant de radiateurs ouverts sad Il sera d’autant plus difficile d’évacuer la chaleur que le comble sera fortement isolé. L’occultation des vitrages et la surventilation nocturne sont les paramètres prépondérants pour le confort d'été dans un comble aménagé https://www.cstc.be/homepage/inde...ontact&pag=Contact27&art=415

      Bonne rénovation happy
  • Anton

    Il y a 2 mois

    Bonjour
    Je suis en cours de rénovation d'une maison en pierre datant de 1935 - Les murs sont en pierre sur 45 cm d'épaisseur mais entre isolation et mur pas toujours droit, je souhaiterais ajouter une couche isolante sur rails me permettant également de pouvoir passer toutes mes gaines et autre tuyaux d'alimentation dans la maison. Les pièces étant assez petites je souhaiterai pouvoir trouver une solution adaptée me permettant d'isoler et de ne pas perdre trop d'espace
    Dans la solution Optima, quelle est l'épaisseur minimale pouvant être posée ? 60 ? Avec une feuille de BA13 et l'ensemble des rails puis je estimé un mur fini de 73 d'épaisseur et si oui quelle tapée me conseilleriez vous pour la commande de mes fenêtres ? existe t-il mon épais ? Cette solution me permet-elle également de passer l'ensemble de mon réseau (électrique et eau)
    D'avance merci pour votre aide
    Cdt
    • sofi29

      Il y a 2 mois

      Bonjour Anton,

      Dès lors que des travaux d’isolation thermique sont engagés dans une habitation, la Réglementation Thermique pour les bâtiments Existants (RTE) exige une performance minimale des isolants posés. Ainsi, en murs donnant sur l’extérieur, la résistance thermique minimale exigée est R=2.90 m2.K/W sauf si votre habitation est située en zone H3 (définie par la réglementation thermique - plus ou moins région PACA, avec exigence R=2.20) https://www.legifrance.gouv.fr/af...xte.do?cidTexte=JORFTEXT000000822199

      Côté mise en oeuvre, pour avoir l’efficacité optimale de l’isolant choisi, celui-ci doit être posé en continu. La pose entre montants provoque en effet une déperdition de 45% de la performance attendue. Pour obtenir la résistance thermique exigée, la laine minérale que vous pouvez utiliser doit avoir le lambda le plus performant du marché pour ce type d’isolant, soit le lambda de 0.030W/m.K (Multimax 30 ou GR30 par exemple, en 90 mm pour obtenir R=3). La mise en œuvre à l’aide du système Optima Murs permet de limiter l’encombrement de l’ossature métallique et donc l’encombrement final. Il permet de passer aisément les réseaux comme indiqué dans cette brochure descriptive https://www.isover.fr/sites/isove...solation-doublage-murs-interieur.pdf (c’est le GR32 qui y est présenté mais la mise en œuvre avec le GR30 ne pose pas de difficulté particulière).

      Dans les solutions plus performantes avec moins d’encombrement, vous pouvez opter pour les isolants sous vide, tel le système Isovip https://www.isover.fr/sites/isove...files/assets/documents/dp_isovip.pdf Produit très technique et de fait, ayant un coût de mise en œuvre assez élevé, il est dédié à l’isolation des bâtiments à faible espace habitable et donc à fortes contraintes. Sa mise en oeuvre nécessite un calepinage précis pour lequel vous pouvez vous adresser à l’adresse mentionnée en dernière page de cette documentation descriptive https://www.isover.fr/sites/isove...de-pose-isolant-sous-vide-Isovip.pdf

      En ce qui concerne la tapée de fenêtre, elle dépendra de l’épaisseur de l’isolant finalement retenue en prenant en compte l’épaisseur de la fourrure (19mm) et celle de la plaque de plâtre (13mm).

      Cordialement.
  • Mandarine

    Il y a 2 mois

    Bonjour,
    Nous envisageons d'acheter un loft à Paris où il n'y a aucune isolation: ni les murs, ni le plancher, ni la verrière...
    Connaissez-vous un bon artisan à Paris à qui m'adresser pour chiffrer et effectuer les travaux d'isolation?
    Merci pour votre retour
    • sofi29

      Il y a 2 mois

      Bonjour Mandarine,

      Nous sommes désolés de ne pouvoir vous conseiller dans la recherche de votre artisan. Sachez que si vous souhaitez pouvoir bénéficier des aides financières et fiscales à la rénovation thermique, vous devez vous adresser à une entreprise certifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Vous pouvez trouver la liste des artisans RGE sur le site gouvernemental dédié à la rénovation http://renovation-info-service.gouv.fr/trouvez-un-professionnel

      Cordialement.
  • Laurent

    Il y a 3 mois

    Bonjour,

    Merci tout d'abord pour le site, vos réponses et votre disponibilité qui aident certainement un grand nombre d'entre nous.
    Je suis en ce moment à la recherche d'un bien typique avec une grande hauteur sous plafond. Ma problématique actuelle est que j'aimerai isoler en ITI l'ensemble de ma périphérie sans dénaturaliser les pièces avec la présence de grandes moulures (20 - 30 cm voûtées).

    Quelles solutions envisagerez vous afin de limiter le pont thermique) dans le cas d'un arrêt des parois GR32 120 ou supérieur au niveau des moulures.
    Es ce une idée concevable ?

    Merci d'avance


    • MarcIsover

      Il y a 3 mois

      Bonjour Laurent,

      Si je comprends bien votre problématique, vous souhaitez acquérir un bien atypique avec grande hauteur sous plafond, moulures et garder le cachet des lieux.

      Je ne vois guère de solution de limiter le pont thermique en arrêtant l’isolation murale sans atteindre le plafond. Il existe par contre des solutions pour recréer cette ambiance soit avec des fausses moulures soit en en créant des nouvelles (voir ici https://www.placo.fr/Solutions/Gu...platres-Placo-R/Les-platres-a-mouler par exemple).
      Il y a encore et heureusement des artisans plâtriers dont certains sont de véritables artistes capables de créer et reproduire ce type d’ouvrage.

      Pour une meilleure efficacité du GR 32, veillez à ce que la pose soit faite à l’aide du système Optima Murs https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous

      Bien cordialement
  • antimiou

    Il y a 4 mois

    Bonjour, je vais très prochainement acquérir une maison charentaise sur é niveaux. Les murs sont faits de pierre sur 40 cm et d'un doublage intérieur avec des briques de 5 cm. Il existe un vide d'air entre pierres et briques. Les plafons sont en briques suspendues plâtrées. Les combles sont isolés avec de la laine de verre (épaisseur ?)
    Quelle est la meilleure et la plus économique solution d'isolation intérieur?
    • sofi29

      Il y a 4 mois

      Bonjour Antimiou,

      Il n’existe pas de « meilleure » solution mais il existe des solutions adaptées au bâti, à votre besoin de confort, d’économie d’énergie et entrant dans le budget que vous pouvez y consacrer blunk

      Dans l’absolu, l’idéal serait de faire tomber la cloison plâtrière de 5cm pour repartir depuis les murs remis à nu. Cela permettrait de récupérer l’espace de la cloison pour pouvoir poser une isolation performante et donc d’optimiser la surface habitable globale. Que vous laissiez ou non la cloison plâtrière, dans les solutions possibles, vous pouvez opter pour une laine de verre semi-rigide de type GR32 posée à l’aide du système Optima. La fixation de la laine au mur s’effectue à l’aide d’appuis rupteurs de pont thermique et permet une pose continue de l’isolant à l’arrière des fourrures portant les plaques de plâtre de finition. Vous trouverez dans ce guide https://www.isover.fr/sites/isove...olation-interieur-mur-renovation.pdf la façon de procéder en rénovation. Ce système présente également l’avantage de pouvoir passer les câbles entre l’isolant et la fourrure lorsqu’il est nécessaire de revoir aussi la distribution électrique (prises, interrupteurs, câblage réseau informatique…). Optez pour une performance la plus proche possible de la valeur recommandée dans le neuf, à savoir R=4m2.K/W (soit un GR32 en 120 ou 140mm).

      Vous n’indiquez pas l’âge de la maison mais s’il n’existe pas de coupure de capillarité à la base des murs, mieux vaut réaliser le doublage en laissant une lame d’air entre le mur et l’isolant (2 à 3 cm en tenant compte de la reprise d’épaisseur de l’isolant) pour laisser le mur gérer seul son hygrométrie. La pose se réalise alors tel que présenté en page 24 si les murs sont plans. S’il vous faut récupérer l’aplomb des murs, optez plutôt pour une pose directe des appuis Optima 2 75-160 adaptés aux murs irréguliers.

      Pour assurer à la fois la gestion de la vapeur d’eau dans les parois et leur étanchéité à l’air, posez la membrane pare vapeur hygrorégulante Vario Xtra https://www.isover.fr/produits/catalogue/membrane-varior-xtra à l’aide de ses éléments de pose.

      Pour l’isolation des combles, si la laine existante est toujours en bon état (pas d’écrasement par stockage de cartons ou d’objets dessus, pas de présence d’humidité liée à une fuite en couverture, etc.) le plus simple est de faire compléter cette isolation par le soufflage d’une laine en flocons à concurrence de la résistance thermique recherchée. Aujourd’hui dans le neuf, la résistance thermique minimale préconisée est R=8m2.K/W. Si vous passez par une entreprise qualifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), ces travaux peuvent ouvrir droit aux aides fiscales (CEE, CITE) mais il faudra alors que l’épaisseur de laine soufflée ait une résistance thermique minimale R= 7m2.K/W https://www.toutsurlisolation.com...es-financieres-ce-qui-change-en-2018

      Enfin, une bonne rénovation prévoit la mise en œuvre d’un système de ventilation adapté pour assurer le renouvellement sanitaire de l’air intérieur et la gestion de la vapeur d’eau produite par notre mode de vie actuel (cuisine, douches, lessive séchant en intérieur, etc.).

      Bonne rénovation happy
    • antimiou

      Il y a 3 mois

      MERCI beaucoup pour cette réponse détaillée et les liens proposés.
  • Cedric

    Il y a 4 mois

    Bonjour

    Nous avons acheté une maison de 1850 sur 2 niveaux, en Charente-Maritime, que nous rénovons intégralement.

    Les murs sont en pierre de taille de 55cm et 3m10 de haut, et évidement dépourvus d'isolation.
    Pour conserver l'aspect esthétique extérieur, nous avons choisi d'isoler intégralement par l’intérieur,avec le système Optima-murs.

    Quel isolant GR (30/32/101/120...) me conseillez vous, sachant que nous souhaitons limiter au maximum l’épaisseur afin de conserver un maximum de surface habitable.
    Les combles ont été, très récemment, isolés avec une double couche IsoConfort 35 kraft 200mm croisé, quand pensés vous?

    Merci par avance
    Et merci pour votre site.
    • sofi29

      Il y a 4 mois

      Bonjour Cédric,

      Joli projet que cette rénovation happy

      Vous avez opté pour une double couche d’Isoconfort 35 en toiture, soit une résistance thermique R>10m2.K/W, anticipant de fait les valeurs d’isolation recommandées lorsque l’on souhaite anticiper la future réglementation thermique BEPOS.

      Pour votre isolation de murs, si vous souhaitez garder une certaine homogénéité d’isolation entre les parois, vous pouvez alors viser R= 5 m2.K/W à l’aide d’un GR32 en 160mm ou a minima un GR32 en 140mm, soit R= 4.35 m2.K/W (valeur déjà mise en œuvre aujourd’hui pour un bâtiment basse consommation économe). Le GR32 en 120 mm, au regard de l’isolation posée en toiture, me semble un peu faible avec sa résistance R= 3.75 m2.K/W. Le GR32 en 100 mm quant à lui était déjà utilisé pour du bâtiment en RT2005 et il serait dommage de ne prévoir que ce niveau là d'isolation à l'heure actuelle : une bonne isolation valorise votre bien et l’énergie la moins chère est celle que l’on de consomme pas blunk

      Vous pourrez trouver sous ce guide dédié au système Optima, des indications pour sa mise en œuvre en rénovation https://www.isover.fr/sites/isove...olation-interieur-mur-renovation.pdf

      Pour votre confort, veillez à opter également pour des fenêtres à vitrage à isolation renforcée, avec un bon facteur solaire et pensez également à mettre en œuvre un système de ventilation adaptée afin d’assurer le renouvellement sanitaire de l’air intérieur. Notre mode de vie actuel fait que nos activités d’occupants crée beaucoup de vapeur d’eau à l’intérieur de nos logements (lessive, cuisine, douches, etc.) et il est nécessaire de prévoir une VMC pour évacuer cette humidité.

      Nous sommes heureux de savoir que ce site vous plaît happy
      Bien à vous.
  • Sylvain

    Il y a 4 mois

    Bonjour à tous,

    Ayant acquis une maison avec une consommation énergétique E (319 kWhEP/m².an) et une émission de GES F (74 kg éqCO2/m².an) , je suis en train d’étudier via le DPE.

    Etant donné que le ravalement a été fait en 2016, je ne souhaite pas passer par une isolation extérieure mais plutôt intérieure.

    Pour le moment, j’ai la liste des ponts thermiques et des coefficients de transmission thermique U comme les murs (briques creuses avec U de 1,85 et 2 W/m².°C), de la toiture (isolation de 10 cm avec un U de 0,34 W/m².°C), du plancher (dalle de béton vers le sous sol d’un U de 2 W/m².°C), des fenêtres (double vitrage sauf une) et des portes (une PVC doublage vitre et une en bois plein).

    Avec ces données, je m’oriente pour l’instant sur plusieurs points :
    - Isolation des murs
    - Isolation du plafond du sous sol
    - Changement de la fenêtre non double vitrée et de la porte en bois
    - Changement de la chaudière pour une à condensation ou à basse température

    Etant donné que les pièces que je souhaite isoler ne sont pas très grande (la maison fait 86 m² hors sous sol total), je souhaiterai un isolant assez mince pour ensuite accueillir du papier-peint (salon et chambres).

    Que me conseillez vous pour l’isolation des murs et du sous sol ? J’ai vu des panneaux de polystyrene extrudé ou expansé (mal noté sur leurs réactions au feu), panneau de laine de roche (pas sur que cela supporte le papier peint) ou encore parement platre + polystyrène à coller (assez lourd).

    A bientôt.
    • MarcIsover

      Il y a 4 mois

      Bonjour Sylvain,

      Si l’isolant est important, le système de pose l’est également que ce soit pour tirer le meilleur parti des propriétés de l’isolant mais aussi pour les avantages (exemple : passage des réseaux).

      Ainsi, pour votre problème de place, je vous suggère d’employer une laine minérale à faible lambda (30 ou 32 type Multimax ou GR https://www.isover.fr/produits/catalogue/gr-30-kraft ou https://www.isover.fr/produits/catalogue/gr-32-roule-revetu-kraft ) et ceci dans la plus forte épaisseur possible en employant le système Optima murs https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous qui performe de 45 % par rapport à une ossature avec rails et montants et qui vous permettra de passer les divers réseaux entre isolant et parement en plaque de plâtre. Le parement est obligatoire pour protéger l’isolant, participer à la résistance incendie et pour recevoir un revêtement mural (papier peint, peinture, fibre textile, etc…).

      Pour résumer très très brièvement, les panneaux de mousses rigides (XPS, PSE) n’ont pas forcément un bon classement au feu et ne sont pas réputées pour leurs propriétés acoustiques. La laine de roche a des performances thermiques inférieures aux meilleures laines de verre. Les doublages collés nécessitent des murs plans pour leur mise en œuvre et le passage des réseaux doit se faire côté chauffé ce qui ne simplifie pas la tâche. Vous trouverez ici un panorama sur les isolants : https://www.toutsurlisolation.com/Choisir-son-isolant/Les-isolants

      Même principe pour le sous-sol, vous pouvez réfléchir à quelque chose qui ressemblera à ça https://www.isover.fr/systemes/ap...on-du-plafond-sous-un-plancher-beton
      Les suspentes anti vibratiles utiles pour améliorer l’acoustique ne sont pas utiles dans votre cas. Pour améliorer l’isolation thermique, vous pouvez substituer l’IBR 40 par un Isoconfort 35 ou mieux encore 32 pour chercher à obtenir le R le plus fort possible (ne pas parler en épaisseur). Un pare-vapeur sera positionné côté chauffé.

      Il ne vous reste plus qu’à creuser ces pistes !

      Bien cordialement
  • marc7

    Il y a 4 mois

    Bonjour,

    Je vais refaire l'intérieur d'une grande maison dite bourgeoise (650 m2) construite entre le XVIIème et le XIXème de 3 étages avec des murs épais en pierre (60 cm), de grandes hauteurs sous plafonds (3m20), des boiseries et des moulures dans les pièces principales orientées au sud et l'impossibilité d'isoler par l'extérieur (bâtiment protégé).

    Les fenêtres seront entièrement changées et sont grandes (2m de hauteur par 1m10 de larges), les combles vont être isolées (isoconfort 32 kraft), de la ouate de cellulose va être injectée entre les étages pour l'isolation thermique et phonique (25 cm d'épaisseur) et une VMC va être installée pour les pièces humides.

    Un chauffage central à bois déchiqueté se chargeant automatiquement va être installé.

    La maison est parfaitement saine avant les travaux alors qu'elle n'est plus chauffée depuis 10 ans.

    Ma question concerne les murs : peut-on se borner à isoler par l'intérieur les murs périphériques des pièces orientées au nord, à l'est et à l'ouest (Isover GR32 Kraft 120 mm), et profiter pour les pièces orientées au sud de l'inertie des murs en pierre actuels qui serait perdue en cas d'isolations par l'intérieure dixit mon architecte ? Cette solution, certainement imparfaite, permettrait de préserver les boiseries et corniches des pièces du sud et serait compensée par le chauffage central à bois déchiqueté économe.

    Qu'en pensez-vous ?

    Merci par avance



    • Sofi29

      Il y a 4 mois

      Bonjour Marc7,

      En n’isolant pas une partie des murs, vous avez plus de risque de désordres, les murs ne réagissant alors pas de la même manière aux sollicitations liées à l’occupation (humidité, chauffage…). De plus, en hiver comme en été, cela crée un pont thermique sur l’ensemble de la façade sud non isolée qui aura pour conséquences :
      - une perte de chaleur en hiver avec risque de condensation selon les variations de température du mur (notamment la nuit) et qui dit condensation, dit moisissures à terme.
      - un effet « radiateur » en fin de journée l'été : le mur va capter la chaleur du soleil durant la journée et la restituera en soirée (c’est ce que l’on appelle le déphasage du bâtiment). La chaleur va alors se dégager aussi du côté intérieur en soirée, émanant du mur non isolé, ce qui peut être source d’inconfort dans toutes les pièces placées au sud. De plus, un mur épais met du temps à redescendre en température en été, les nuits n’étant pas très fraîches.

      En hiver, la façade non isolée va aussi absorber l’énergie de chauffage pour monter en température au détriment de l’ambiance intérieure. Puis une fois que le mur sera chaud dans son épaisseur, les déperditions de chaleur s’effectueront vers l’extérieur, le flux de chaleur allant toujours du chaud vers le froid : perte d’énergie, coût de chauffage augmenté, potentielle sensation de paroi froide en hiver et aux intersaisons entraînant de l’inconfort.

      L’inertie des murs épais ne peut être conservée que par une ITE. On doit alors « apprivoiser » l’inertie des parois et savoir anticiper les coups de froid car avant que de chauffer l’ambiance intérieure, il faudra que la masse des murs montent en température. C’est une façon de faire différente de notre mode de vie actuel où l’on souhaite généralement avoir un système plutôt réactif : pouvoir couper le chauffage lorsque l’on s’absente et avoir une montée en confort rapide lorsque l’on rentre ou en cas de "coup de froid". C’est une gestion différente et il faut un peu de temps pour la maîtriser blunk

      Dans le cas de votre chantier, mixer ITI et mur nu m'apparaît donc comme une fausse bonne idée sad

      Si vous optez pour une ITI sur l’ensemble des parois, veillez à avoir une isolation continue sur l’ensemble des parois. On voit parfois des réalisations en rénovation avec une isolation posée avec rails et montants et l’isolant placé entre ces derniers. Ce type de montage discontinu crée un pont thermique à chaque montant, pénalisant la performance finale attendue de l’isolation d’environ 45% (plus des désordres tels que spectres voire moisissures à terme sur les plaques de plâtre, au droit de chaque montant).

      A encombrement identique, vous pouvez obtenir une performance supérieure de votre isolation de murs en utilisant un système tel le système Optima Murs ( https://www.isover.fr/system-star...r-les-murs-en-renovation-optima-murs ). La continuité de l’isolation est assurée par la pose de l'isolant en continu à l'arrière des fourrures verticales. Vous pouvez trouver des informations de pose dans ce guide dédié à la rénovation : https://www.isover.fr/sites/isove...olation-interieur-mur-renovation.pdf

      Bons travaux happy
  • Francois 49

    Il y a 5 mois

    Bonjour,

    Nous venons d'acquérir une ancienne bâtisse du 11ème siècle. Les murs extérieurs font entre 70 et 100 cm. Nous avons prévu une isolation à l'intérieur. Par contre concernant les murs extérieurs nous souhaitons simplement sablé afin de garder au maximum le charme de la pierre. Faut il malgré tout enduire une partie de la façade ou même rejointer afin d'éviter que l'humidité s'infiltre jusqu'à l'isolation intérieur de la maison?

    Merci beaucoup
    • sofi29

      Il y a 5 mois

      Bonjour François,

      Vous n'indiquez pas la nature de la pierre de façade. Sachez que le sablage peut être agressif et est à réserver à la pierre dure. En cas de pierre tendre, mieux vaut opter pour un "gommage". Renseignez-vous bien auprès de professionnels de la façade happy

      Avec une épaisseur de murs telle que vous l'indiquez, il y a me semble-t-il peu de risques que l'humidité pénètre jusqu'à l'intérieur des parois, toutefois, la réfection des joints pourra s'avérer nécessaire, ne serait-ce que pour l'aspect esthétique des façades et cela d'autant plus après le sablage. Là encore, un professionnel de la façade pourra mieux vous aiguiller avec une visite sur site.

      Compte-tenu de l'ancienneté de la bâtisse, les murs peuvent être sujet à des remontées de capillarité, qu'il faudra traiter avant isolation. Il serait d'ailleurs préférable de réaliser l'isolation intérieure en laissant une lame d'air entre l'isolant et les murs, avec un montage tel que présenté en page 24 du guide rénovation ci-après ( https://www.isover.fr/sites/isove...olation-interieur-mur-renovation.pdf ) afin de laisser les murs gérer leur hygrométrie.

      Enfin, en aménageant la bâtisse pour habitation, il vous faudra également prévoir un système de ventilation étendu à l'ensemble du volume occupé afin d'assurer le renouvellement sanitaire de l'air intérieur et la bonne gestion de l'humidité apportée par l'occupation des lieux (douches, cuisine, lessive, etc.). Notre mode de vie actuel produit une vapeur d'eau conséquente en intérieur et la vmc est aujourd'hui indispensable pour assainir l'air intérieur.

      Bon courage pour cet ambitieux projet happy



  • Amelie44

    Il y a 5 mois

    Bonjour. Je vais acquérir une maison de 1802 en pierre avec des murs d’environ 60cm d’epaisseur. Les propriétaires actuels me disent qu’il n’y a pas besoin d’isoler entre le mur et le placo car cela pourrait faire pourrir les murs en pierres. A l’heure actuelle le placo est posé à distance du mur de pierres juste pour laisser passer l’air.
    De ce que j’ai lu l’epaisseur des murs ne crée pas l’isolation. Que dois je prévoir pour isoler au mieux et comment le poser?
    • MarcIsover

      Il y a 5 mois

      Bonjour Amélie44,

      Si le mur est sain et que vous avez une ventilation mécanique adaptée, il n’y pas de raison que la pierre « pourrisse ». Il est exact que des pierres n’isolent pas ! Il suffit de regarder ce schéma https://www.toutsurlisolation.com...s-de-choix/Une-isolation-performante pour s’en convaincre si besoin.

      Pour isoler au mieux (et ne pas perdre trop de place), il faut choisir un isolant à faible lambda (et donc performant) et ceci dans la plus grosse épaisseur possible afin d’atteindre une forte résistance thermique R. Le système de pose est très important également car, avec un même isolant, les différences de rendement peuvent aller presque du simple au double si l’isolant est posé en continu ou non et selon le type d’ossature métallique et d’appuis employés.

      Une (très) bonne solution est d’employer une laine de verre type GR 32 (ou mieux encore 30), de viser un R de l’ordre de 4 en murs soit une épaisseur de 120 (R=3.75) ou 140 mm (R=4.35) et de la mettre en œuvre avec le système Optima murs https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous avec lequel la pose de l’isolant est continu et les ponts thermiques réduits de ce fait mais aussi par l’emploi d’appuis en matériau composite à rupteurs de ponts thermiques. Ce système de pose est assez aisé à mettre en œuvre pour un bon bricoleur et il permet aussi de passer câbles et réseaux entre isolant et parement en plaque de plâtre. Il existe aussi plus d’un type de plaque de plâtre. Si vous avez des charges lourdes à accrocher, la plaque Habito® est faite pour vous.

      J’allais oublier ! Il existe un guide de pose https://www.isover.fr/sites/isove...olation-interieur-mur-renovation.pdf et une appli dédiée pour de l’aide sur le chantier.

      Bonne installation happy
  • thomash

    Il y a 5 mois

    Bonjour. Nous souhaitons rénover une maison en Bretagne nord. Il y a tout a refaire. Cha gement douvertures, isolation, plomberie, zlectricite...elle est en pierre. Il y a eu une une rehausse en parpaing à lepoque pour créer un étage. Nous ne savons pas quelle méthode d'isolation choisir. Je lis partout que l'isolation par l'extérieur est à privilégier mais qu'en est il de l'étage. Le fait qu'il soit en parpaing pose til un problème. On pensait isoler par l'intérieur mais aux vues de ce que j'ai lu sur l'ITE on va peut être faire une devis. De plus pour l'ITE la toiture ne présente pas de débord, cela serait il problématique. Si on isolé par l'intérieur que choir. Fibre de bois (on perd l'inertie mais c'est mieux isoler pour lhiver) ou enduit type chauxchanvre? Cest un peu la galere quand on ne sy connais pas surtout que les prix sont tres variable...Merci d'avance. ..
    • MarcIsover

      Il y a 5 mois

      Bonjour Thomas,

      L’ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur) comporte certains avantages et aussi inconvénients dont le coût malheureusement. Vous allez peut-être le constater en faisant réaliser un ou des devis.

      Plusieurs points importants dans votre réflexion :

      - On peut bien évidemment faire une ITE sur des parpaings (et une ITI également bien sûr)

      - Le déphasage que vous évoquez n’entre que pour une part mineure dans le confort d’été. Deux études arrivent aux mêmes conclusions : https://www.toutsurlisolation.com...lation-thermique/Inertie-du-batiment
      et http://www.cstc.be/homepage/index...ontact&pag=Contact27&art=415 Vous pouvez aussi lire ce document de l’ADEME http://www.ademe.fr/chaud-dehors-frais-dedans

      - Il est effectivement préférable d’avoir des débords de toiture pour une ITE et également pour protéger la façade de la pluie. On peut toujours poser des solins mais l’esthétique peut alors être discutée selon les gouts.

      - Les chiffres sont souvent plus parlants que des discours. Quelle est la résistance thermique R d’un enduit chaux-chanvre ? Pour info ou rappel, pour accéder au crédit d’impôt, une des conditions en mur est d’avoir un R> ou = à 3.70 m².K/W

      - La planéité de la façade peut faire opter pour tel ou tel matériau. Sur une façade irrégulière une laine minérale souple de la famille des Isofaçade d’adaptera plus facilement qu’un isolant rigide (PSE ou autre).

      - En ITI, le système Optima murs https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous permet de réaliser ces travaux de manière progressive. Il est largement éprouvé et aisé à mettre en œuvre.

      Vous voyez que vous avez de la matière à réflexion pour faire les bons choix.

      N’oubliez pas d’installer une VMC adaptée car votre maison va devenir plus étanche à l’air (changement des huisseries) et l’air aura besoin d’être renouvelé et l’hygrométrie régulée.

      Restant à votre service si vous avez des questions
  • Xavier

    Il y a 5 mois

    Bonjour , je souhaiterais isoler mes murs extérieurs mais je ne parviens pas à trouver des entreprises pour effectuer ces travaux , si vous pouvez m aider pour en trouver , merci
    • MarcIsover

      Il y a 5 mois

      Bonjour Xavier,

      Vous pouvez contacter certains menuisiers ou plaquistes qui pratiquent cette technique, des façadiers ou enduiseurs susceptibles de répondre à votre attente, des sites de mise en relation tel Homly you https://www.homly-you.com/ , demander aux négoces en matériaux de votre secteur des entreprises qu’ils puissent vous recommander, regarder les chantiers d’isolation thermique par l’extérieur qui se font autour de vous et prendre contact avec ces entreprises, les annuaires professionnels,etc… les pistes sont nombreuses.

      Faites réaliser plusieurs devis et comparer les solutions, la performance thermique proposée (résistance thermique), le coût, le matériau isolant employé, etc…

      Cordialement
  • mat

    Il y a 6 mois

    bonjour
    Je possède une maison en Bretagne nord en bord de mer qui est dans son jus depuis longtemps. Résidence secondaire non chauffée une grosse partie de l'année. Je vais la faire rénover.
    La maison est en pierres, joints ciments en façade. Elle a des pbs de remontées capillaires.
    Nous avons prévu un drain le long d'une partie de la façade humide exposée à l'ouest ( pluies ) au pied du mur, et également le remplacement des joints de façade de la maison par des joints mélange chaud + sable.

    Nous allons changer les fenêtre bois non étanches par de l'alu ( ou pvc ). Une VMC dans l'ensemble de la maison va être installée.
    Un problème de champignon ( pas la mérule ) très localisé a été corrigé. Les enduits ont été dégradés avant traitement.

    A l'intérieur on a également un enduit platre sur les murs de l'étage, et dans la cuisine, avec du ciment grossièrement posé en dessous.

    Pour l'isolation. On me propose du placo avec laine de verre directement collée au mur. On en a déjà dans le salon et séjour et ça n'a pas posé de pbs de développements de champignons.

    Les questions :
    1/ Je me demande pour le placo ce qu'il faut faire : ne faut-il pas laisser une lame d'air entre le mur et l'isolant ?
    J'ai une crainte sur la création d'un "coffrage" qui peut entrainer une agravation des pbs de capilarité et développement de champignons ( par ex mérule ).
    2/ faut-il auparavant dégrader tous les enduits intérieurs pour virer le ciment et le platre ?

    merci pour vos retours.
    • MarcIsover

      Il y a 6 mois

      Bonjour mat,

      Pour répondre à vos questions, si votre mur est sain (pas d’humidité par remontées capillaires ou condensation), il n’est pas nécessaire de laisser une lame d’air entre l’isolant et le mur. Sur murs humides, une lame d’air ventilée sur l’extérieur est préconisée et ceci par deux ouvertures diamétralement opposées en façade. Sans ventilation l’éventuelle humidité ne sèchera pas. L’isolant est alors posé après avoir réalisé une ossature primaire (voir un exemple de réalisation en page 24 de ce guide https://www.isover.fr/sites/isove...lation-interieur-mur-renovation.pdf).

      Le changement des fenêtres va rendre votre maison plus étanche et la VMC devra être adaptée à la maison et laissée en fonctionnement même en période d’inoccupation éventuelle de la maison. Les problèmes de remontées capillaires devront être traités avant d’isoler et il faut s’assurer de leur efficacité et de l’assainissement des parois. Quelques infos sur le traitement de ces remontées (outre le drainage) : https://www.fr.weber/renovation-d...es-maconneries-humides-et-salpetrees . Le problème de capillarité vient du sol, il ne concerne donc pas le doublage. Si ce problème n’est pas traité ce n’est pas avec le doublage qu’il sera résolu

      Les enduits intérieurs doivent être enlevés s’ils ne sont pas adhérents. L’enduit plâtre ne pose pas de souci. Il peut absorber l’humidité ambiante quand il y en a un peu et sécher et la relarguer en période propice et surtout notamment grâce à une bonne VMC. On voit dans certaines littératures des articles sur le ciment et son caractère de barrière à la vapeur d’eau. Etant donc relativement étanche à la vapeur d’eau donc, il est possible qu’il entraine un ruissellement en surface.

      Vous pouvez employer une membrane pare-vapeur et d’étanchéité à l’air type Vario Xtra (ou avec des propriétés équivalentes au risque de rencontrer des désordres)(et mise en œuvre avec adhésifs dédiés, joints mastic en périphérie, calfeutrement des percements) avec une laine minérale type GR 32 et un système de pose avec appuis et fourrures type Optima murs : https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous

      Cordialement
  • Norbert

    Il y a 6 mois

    Bonjour,

    Je suis actuellement entrain de passer mon BAC STI2D en candidat libre et j'ai comme sujet la rénovation d'un vieux refuge en pierre en montagne (1440m).
    Dans le cahier des charges, il est indiqué que l'aspect extérieur ne doit pas changer. Cela veut donc dire que je dois isoler par l'intérieur. J'avais pensé à poser du GR32 revêtu craft (ref : 67161), puisque je n'ai pas de limite financière, en laissant les 2 cm de lame d'air nécessaires entre la pierre et le GR32.
    1ère question, est-ce une bonne solution selon vous ?
    2ème question : que dois-je mettre comme "paroi" (style placo) contre ce GR32 pour bien finir thermiquement et esthétiquement l'intérieur de ce logement ?

    En vous remerciant énormément par avance de votre réponse,
    Norbert. happy
    • MarcIsover

      Il y a 6 mois

      Bonjour Norbert et bravo de poursuivre vos études en candidat libre, c’est tout à votre honneur et votre mérite,

      Première chose, l’isolation de bâtiment soumis à ce que l’on appelle un climat de montagne nécessite une étude thermique spécifique pour déterminer l’isolation, la pose d’une membrane pare-vapeur et d’étanchéité à l’air, la ventilation (lire ici https://www.toutsurlisolation.com...e-point-sur-des-confusions-courantes ).

      Ensuite, pourquoi laisser une lame d’air entre l’isolant et le mur si ce dernier est sain ? Le GR 32 revêtu kraft (attention à l’orthographe que certains examinateurs apprécient) est adapté (sous réserve de validation par l’étude thermique) à l’isolation des murs. En 160mm d’épaisseur, on peut atteindre un R=5m².K/W. Le système de pose est très important aussi. Vous pouvez opter pour la pose en « Optima murs » qui a de nombreux avantages (pose continue de l’isolant, emploi d’appuis à rupteurs de ponts thermiques, passage aisé des gaines entre isolant et parement, etc…). Ce système est décrit ici https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous et les nombreux liens figurant dans la page permettent de tout savoir ou presque sur ce système de pose. Pour répondre à votre première question, c’est évidemment une bonne solution blunk

      Dans un refuge, on peut imaginer que l’on aura des choses à fixer et accrocher aux murs. Pour faciliter cela, l’emploi d’une plaque de plâtre Habito® est tout indiqué. Elle se fixe de façon classique sur les ossatures métalliques (mais avec une vis de fixation spécifique) et permet d’accrocher des charges jusque 20 kg avec une simple vis à bois et jusque 60kg par point de fixation avec une cheville métallique à expansion. Voir ici https://www.placo.fr/Solutions/In...to-R-le-mur-le-plus-solide-du-marche

      Il ne faut oublier non plus d’isoler les combles de votre chalet, combles qui représentent environ 30 % des déperditions thermiques d’un logement soit la partie la plus importante : Pour aller plus loin sur ce sujet https://www.isover.fr/guides/isolation-des-combles-amenages

      Je vous souhaite pleine réussite pour vos études et examens ! happy

    • Norbert

      Il y a 6 mois

      Bonjour Marc, tout d'abord merci pour vos encouragements, cela fait extrêmement plaisir,

      Pour l'étude thermique spécifique au climat de montagne, votre lien ne marche malheureusement plus. Auriez-vous autre chose ?

      Vous avez raison, cette lame d'air serait inutile. J'avais pensé à plutôt utiliser du Placo Glasroc H Ocean 13 ou du Prégywab BA 13. En effet, la solidité de la plaque est importante, mais je pense qu'à 1800 m, l'humidité est un facteur à réellement prendre en compte. Peut-être pourrions-nous partir sur du GR 32 160 mm + du Glasroc H Ocean 13, qui allie dureté et haute résistance à l'humidité ?
      _______________________________________________________________________________________________________________
      J'ai ensuite réfléchis deux solution du chauffage :

      - Utiliser une résille au sol pour laisser un hors-gel de 7°C (qui est demandé dans le cahier des charges)
      + Un chauffage électrique pour la montée en chaleur quand il sera habité.

      - Ou alors une VMC double flux avec une batterie de chauffage, avec pour entrée d'air la sortie d'une possible cheminée
      + Installation d'une cheminée, ou quelque chose de semblable, pour une possible montée en chaleur en cas de besoin
      _________________________________________________________________________________________________________________

      Quant à la question des combles, elles ne seront pas aménagées, le refuge sera en fait "tout hauteur", sans combles. Mais je suis bien conscient que les déperditions thermiques par le toit sont extrêmement importantes. Comment pourrais-je faire ? Partir du principe que ce sont des combles aménagées ?


      Je vous remercie encore énormément,
      Vous m'êtes d'une grand aide !

      Norbert. happy
    • MarcIsover

      Il y a 5 mois

      Bonjour Norbert,

      Le lien n’a effectivement pas fonctionné (souci informatique ?),je vous le redonne : https://www.toutsurlisolation.com...e-point-sur-des-confusions-courantes si ça ne fonctionne pas à nouveau, il suffit de suivre le cheminement dans l’adresse URL qui s’affiche dans la barre d’adresse. Quand ça ne marche pas d’un côté, il faut passer par l’autre blunk

      Croyez-vous que l’humidité soit réellement importante en montagne ? Ne dit-on pas que l’air y est sec, qu’il faut boire ? (de l’eau bien sûr !) On n’installe pas des fabriques de jambon sec et de saucissons secs qui bénéficient de l’air des montagnes pour sécher ?

      J’isole mais je ne chauffe pas blunk (bien isolé, plus besoin de chauffer blunk )Je ne suis pas un spécialiste de cette partie. Pour info, en sol, l’ordre de grandeur de la résistance thermique préconisée en climat de plaine et en neuf est de 4m².K/W (bientôt 5 avec les maisons BBC). Il n’y pas de système de pompe à chaleur possible ? (je suis novice dans cette partie). La VMC est de toute façon obligatoire.

      Soit les combles sont perdus et vous isolez sur le plancher de ces derniers pour éviter d’augmenter le volume chauffé (un laine type IBR avec laquelle on peut voir jusque R=10 en monocouche de 400 mm). Soit ils sont aménagés et, dans ce cas, il faut isoler comme tel. Il y a également une technique plus fréquente en montagne qu’ailleurs qui est le sarking (isolation des toitures par l’extérieur) et qui permet de garder les charpentes apparentes https://www.isover.fr/guides/isolation-de-la-toiture-par-lexterieur

      Courage, ça va marcher ! happy
  • Marie B

    Il y a 6 mois

    Bonjour,

    Je viens d'acheter un appartement au 1er étage d'une maison construite dans les années 1930. Je me suis aperçue que le mur est composée d'un simple enduit et derrière il y a directement la pierre et donc aucun isolant... que me conseillez vous afin que j'isole au mieux mon appartement ?
    Merci pour votre réponse,

    Marie
    • MarcIsover

      Il y a 6 mois

      Bonjour Marie,

      Le plus simple et le plus efficace sera d’employer un isolant à faible lambda afin d’avoir un bon compromis efficacité/épaisseur, le tout mis en œuvre avec un système de pose pratique (Optima murs) et permettant une pose continue de l’isolant, gage de la réduction des ponts thermiques et facilitant en même temps le passage des câbles et réseau entre l’isolant et le parement en plaque de plâtre.

      Le GR32 https://www.isover.fr/produits/catalogue/gr-32-roule-revetu-kraft est la laine toute indiquée. Il faut viser la résistance thermique la plus forte possible (3.15 m².K/W minimum et si possible soit une épaisseur de 100 mm).

      Le système de pose https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous permet de profiter pleinement des propriétés de l’isolant. Diverses étapes de la pose de ce système bien conçu et très largement éprouvé, avec des appuis à rupteurs de ponts thermiques, la pose continue de l’isolant sont expliquées dans ce guide de pose https://www.isover.fr/sites/isove...urs-isolation-interieur-mur-reno.pdf . Ce système est adapté à l’isolation des murs anciens qui ne sont pas toujours réguliers.

      Une ventilation contrôlée devra être mise en œuvre parallèlement à l’isolation pour limiter les risques de pathologie de d’humidité et de condensation et renouveler l’air intérieure pour assurer une bonne qualité de ce dernier.

      Voilà pour les grandes lignes, restant à votre service si vous avez des questions.

      Bien cordialement
  • Marie Pierre

    Il y a 7 mois

    Bonjour
    Je viens de faire l acquisition d un appartement rénové fin des années 70 debut 80 qui s inscrit dans un vieil ensemble du 18 ième je pense. La performance énergétique est très faible. Je change les fenêtres, modifie le chauffage.
    J ai découvert cette après midi sur un piquetage que les murs extérieur en vieille brique pleine toulousaine étaient isolés par l intérieur avec laine de verre et brique creuse et plâtre. Pensez vous que je doive remplacer cette isolation existante ? J aimerai bien récupérer un peu de cachet avec de la brique apparente.
    Cordialement,
    • Sofi29

      Il y a 7 mois

      Bonjour Marie-Pierre,

      Si vous pouvez engager des travaux de rénovation de l'isolation, ce ne sera que mieux pour votre confort car le changement du mode de chauffage ne changera en rien les déperditions énergétiques actuelles de votre logement.
      Changer le mode de chauffage d'un bien peu isolé :
      - nécessite de mettre un système plus puissant pour obtenir le confort attendu ce qui représente un coût non négligeable
      - n'empêchera pas la fuite des calories par les parois (donc la fuite des euros sad)
      De plus, ce chauffage sera surdimensionné lorsque vous envisagerez de refaire l'isolation des façades pour plus de confort (déperdition par les murs peu ou non isolés de l'ordre de 25%).
      La rénovation énergétique d'un bien est affaire de compromis mais il est bien plus facile de chauffer et garder chaud un logement correctement isolé (et donc plus économique à terme) que d'opter pour un mode de chauffage qu'il faudra "pousser" pour obtenir le confort attendu blunk

      Comme vous envisagez le changement des fenêtres, il serait bien que l'isolation en façades soit aussi renforcée. Lorsque vous évoquez le fait de garder de la brique apparente en décor, s'il s'agit des briques pleines des murs de façade, cela n'est malheureusement pas une bonne idée du point de vue énergétique. Laisser les briques apparentes signifie ôter l'isolation actuelle puist laisser le mur nu. Or si ce mur est un mur de façade (donc donnant sur l'extérieur), cela revient à créer un pont thermique sur l'ensemble de la surface de briques laissées apparentes, ce qui pénalisera complètement les efforts thermiques réalisés par ailleurs sad

      L'idéal serait donc de remettre à nu les murs de façade afin de récupérer l'espace actuellement pris par l'isolation et les briques platrières et réaliser une isolation performante à l'aide d'une laine semi-rigide d'au moins 120 mm telle la laine GR32 (R=3.75). Sa mise en oeuvre se réalise facilement à l'aide du système Optima Murs. Vous trouverez sous ce lien https://www.isover.fr/sites/isove...urs-isolation-interieur-mur-reno.pdf un guide de mise en oeuvre du système Optima en rénovation. Ce système permet de réaliser une isolation continue sans trop rogner sur la surface habitable du bien.

      J'espère avoir répondu à vos interrogations. Bons travaux happy

  • S19

    Il y a 7 mois

    bonjour,

    nous venons d'acheter une maison en pisé à rénover et je compte la doublé de l'intérieur.
    j'aurais aimé savoir si il vous plait si ce que je compte faire serait convenable?
    je voudrais laisser un vide d'air d'environs 5cm maxi (tout dépendra de l'alignement du mur) entre le mur pisé et le rail puis ensuite coller le la membrane sur ce rail pour ensuite y mettre l'isolant?
    par rapport à cela j'aimerais savoir aussi si il vous plait quelle épaisseur et type d'isolation me conseilleriez vous?
    je compte chauffer la maison en électrique par des radiateurs à inertie sèche (et au niveau cuisine salon il y aura dans le futur un poile à granules en complément).

    merci pour vos conseils.
    • Sofi29

      Il y a 7 mois

      Bonjour S19,

      Tout d'abord, toute membrane pare-vapeur doit être positionnée du côté chauffée des parois donnant sur l'extérieur. Pour l'isolation de vos murs, le pare-vapeur (Vario Xtra pour son caractère hygro-régulant) doit donc venir au-devant de la laine semi-rigide posée en isolation.

      Plutôt que d'utiliser des rails et montants, vous pouvez utiliser le système Optima Murs et son appui spécifique à la rénovation qui vous permettra de récupérer si nécessaire l'aplomb des murs. Vous trouverez sous ce lien https://www.isover.fr/sites/isove...urs-isolation-interieur-mur-reno.pdf, un guide de mise en oeuvre du système Optima en rénovation. Il vous faut réaliser le même type de pose que celle décrite en page 24 du document et utiliser l'appui Optima 2 en taille 75-160 (récupération de l'aplomb des murs).

      Pour le type de laine, il vous faut une laine au moins certifiée semi-rigide (obligatoire en isolation verticale). La laine GR32 est appropriée pour ce type de travaux.

      Pour ce qui est de la mise en oeuvre du poêle, il vous faut d'ores et déjà prendre les dispositions pour son emplacement (conduit, entrée d'air, etc.) et respecter les préconisations du fabricant du poêle choisi au regard des exigences d'écart au feu.

      Cordialement.
  • loulouoise

    Il y a 7 mois

    Bonjour je suis en train de rénover une maison de 1957 dite a l'époque construction économique (cahier des charge de l'époque ) . les murs mesure 30 cm d'épaisseurs avec un vide d'air et une grille de ventilation sur le mur nord est les murs son recouvert d'enduit plâtre 2cm le vide je souhaite utilisé un isolant GR32 7.5 CM le vide d'air de 2 cm est-il nécessaire derrière cette isolation .
    • MarcIsover

      Il y a 7 mois

      Bonjour Loulouoise,

      Il n’est pas nécessaire de laisser une lame d’aire entre votre mur et l’isolant à condition que le mur soit sain (non humide) ce qui doit être le cas puisque vous n’évoquez pas ce point.

      Profitez de « récupérer » cette lame d’air pour poser au minimum un GR en 100 mm (R=3.15) plutôt que du 75 mm (R=2.35). Il serait dommage de faire des gros travaux de rénovation pour ne pas viser une résistance thermique R plus forte. Passer en 120 serait encore mieux (R=3.75) voire en 140 (R=4.35).

      Vous pouvez aussi préférer une pose en système Optima ou l’isolant, du fait de sa pose en continu et des appuis à rupteurs de ponts thermiques, performe de 45 % par rapport à une pose avec rails et montants. Des infos sur ce système de pose ici https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous et là https://www.isover.fr/sites/isove...urs-isolation-interieur-mur-reno.pdf

      C’est aussi le moment de bien choisir ses plaques de plâtre : Placophonique® si on veut plus de calme dans les chambres et Habito® si on a des charges lourdes à accrocher (cuisine, salle de bains par exemple).

      Bon courage pour vos travaux happy
  • ju

    Il y a 8 mois

    Bonjour,
    nous rénovons une maison des années 70 construction du type sous sol en rez de jardin et pièces de vie à l'étage. il n'y a aucune isolation thermique. peut-on isoler seulement les murs qui "donnent" vers l'extérieur ou doit-on isoler également les murs de refend. Merci pour vos conseils
    • MarcIsover

      Il y a 7 mois

      Bonjour ju,

      D’un point de vue thermique et si c’est chauffé des deux côtés de ces murs de refend, il n’est pas nécessaire de les isoler si l’on fait exception du pont thermique généré en périphérie à la liaison avec le mur extérieur.

      D’un de vue acoustique et comme les laines de verre ont de propriétés thermo-acoustique (elles font du 2 en 1), il peut être intéressant d’isoler ces murs de refend selon la configuration de votre maison.

      Je vous donne ici https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous un lien vers une méthode d’isolation permettant de tirer pleinement partie de l’isolant mis en œuvre grâce, notamment, à la limitation des ponts thermiques permise par la pose continue de laine minérale.

      Bonne isolation happy
  • christopher88

    Il y a 8 mois

    bonjour nous venons d'acheter une maison datant de avant 1948 DE 2OO m2 sur 2 étages plus combles perdue (nous allons bien entendu voir pour isoler ces combles...) mais a vrai dire nous sommes perdue pour ce qui est de l’isolation des murs nous nous sommes renseignés pour une isolation extérieur mais ce n 'est pas donné donc je pense opter pour une isolation intérieur que je pourrais éventuellement faire pièce par pièce pourriez vous me conseiller pour l 'épaisseur de l isolant les pp polystyrène peut on les coller directement sur l ancien placo ou faut il laisser le vide d air de 2cm ce qui oblige donc a refaire toute une ossature merci par avance de vos précieux conseil...
    • MarcIsover

      Il y a 8 mois

      Bonjour Christopher,

      Vaste programme que voilà !

      Pour commencer, puisque l’isolation des combles représente la plus grosse part des déperditions d’un logement (environ 30 %) et c’est normal puisque ne dit-on pas que la chaleur monte, je vous suggère de commencer par isoler les combles ! C’est faisable, même en provisoire dans certains cas. Par exemple, en déroulant sur le plancher une laine minérale type Isoconfort 35 que vous pourrez réemployer ensuite si vous aménagez ces combles et souhaitez isoler sous la couverture (ou en soufflant une laine en flocons type Comblissimo). Je vous donne les noms des produits afin de pouvoir faire des recherches. Il faut viser une résistance thermique R=7 minimum pour bien. Mais bon, cela fera peut-être l’objet d’une autre question blunk

      Concernant les murs, l’ITE étant d’un certain budget, votre idée de procéder à une rénovation pièce par pièce est excellente. Je n’ai pas compris ce qu’était les pp polystyrène ». Je vais vous proposer un système de pose que vous n’aviez peut-être pas envisagé : le système Optima murs https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous Soit vous partez de votre placo actuel, soit vous le faites tomber pour gagner de la place et repartir sur du « propre ». Ce système permet une pose aisée et pratique d’une laine minérale performante et semi rigide comme de la GR 32. Choisissiez- là en 120 où 140 mm pour voir un R de 3.75 ou 4.35. Ce système vous permet de passer vos gaines facilement entre isolant et plaque. Il existe un guide de pose https://www.isover.fr/sites/isove...42C022E2DC10424DBD281CB8233C7C6D.pdf et une appli gratuite en ligne qui traitent de tous les points (ou presque blunk ) de mise en œuvre. C’est vraiment un super système qui est très utilisé et reconnu.

      Avec l’isolation et peut-être un changement de fenêtres (fait ou à faire), une ventilation adaptée est impérative, ne faites pas l’impasse dessus et pensez à l’entretenir régulièrement.

      Il ne vous reste plus qu’à étudier de près ce système performant et aisé à mettre en œuvre.

      Bon courage pour vos travaux de rénovation happy
  • mj25

    Il y a 8 mois

    Bonjour
    je souhaitais savoir si pour une isolation en intérieur d'une maison en pierre
    (mur saint sans humidité ) on pouvait doubler l'isolation ( 2 couches de 160 mm)?Si oui cela augmenterait il le R ?
    Par avance merci
    • MarcIsover

      Il y a 8 mois

      Bonjour,

      Les résistances thermiques R des différentes couches s’additionnent à contrario des Lambda (conductivité thermique). Si vous posez deux couches de 160, les R vont s’additionner à condition qu’il n’y ait pas de lame d’air circulante entre ces deux couches.

      Après, si vous mettez en œuvre un GR 32 en 160 mm en mur, vous obtenez déjà R=5 M².K/W ce qui est déjà très bien pour les recommandations actuelles.

      La pose avec un système Optima murs https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous permet de bénéficier pleinement des caractéristiques de cet isolant : fort R, pose continue, appuis à rupteurs de ponts thermiques, etc… Par ailleurs, ce système a 45 % d’écart de performance avec une pose avec rails et montants ce qui revient presque à doubler sa résistance thermique par rapport à une ossature métallique.

      Doubler cette couche reviendrait à avoir R=10 et la mise en œuvre d’une double couche n’est pas des plus aisée. Il est préférable d’avoir un équilibre entre l’isolation de toutes les parois. Le R de 5 en murs est préconisé à l’horizon 2020 (c’est déjà demain), le R préconisé en combles est alors de l’ordre de 10, la toiture représentant environ 30 % des déperditions thermiques. Il est recommandé d’avoir une répartition harmonieuse et proportionnelle de l’isolation.

      N’oubliez pas de mettre en œuvre une ventilation adaptée afin d’avoir une bonne qualité de l’air intérieur par son renouvellement et une régulation du taux d’humidité.

      Cordialement
  • geoffrey

    Il y a 9 mois

    bonjour,
    j'ai une isolation mural déjà existante avec polystyrène et placo, je souhaiterai remettre par dessus de la laine de coton ou de roche avec rail et placo est ce possible ou cela ne servira a rien ?
    • ppdesgagnes@hotmail.com

      Il y a 9 mois

      Bonjour,
      J'habite un édifice à condo qui a été réhabilité en 1995-96, ce bâtiment construit en 1924 a un massif central épais. Nous avons comme projet de refaire un mur de briques extérieur âgé de 94 ans, le massif central se retrouvant entre le mur de briques et la cloison sèche intérieure qui fut installée lors de la réhabilitation en 1996. À ce moment, un isolant rigide munis d'un coupe-vapeur fur installé sur la surface intérieure du massif et collé par plots.
      Cette installation n'est pas totalement étanche à l'air chaud qui peut provenir des unités de condo, et une grande accumulation d'humidité se retrouve entre le massif central et l'isolant.

      Cette méthode d'installation n'était pas la bonne, et cet isolant doit-être enlevé.
      Selon les informations en main, une bonne façon serait d'installer un isolant rigide sur l'ossature en acier galvanisé au lieu de chaque côté des montants de cette ossature. Un isolant rigide muni de deux pare-vapeur (Isover) pourrait -être utilisé afin de d'isoler convenablement par l'intérieur.

      J'aimerais connaître votre opinion?

      Merci !
      Pierre-Paul Desgagnés
    • MarcIsover

      Il y a 8 mois

      Bonjour Pierre-Paul,

      Désolé de ne pouvoir vous répondre précisément mais je ne comprends pas les termes que vous employez et qui doivent être spécifiques à un pays ou une belle province, le Québec peut-être ?

      Néanmoins, quelques principes de physique qui doivent rester vrais d’un pays à l’autre blunk

      Il ne faut en France, tout du moins, qu’un seul pare-vapeur positionné côté chauffé. De plus en plus, on tend vers l’utilisation de membranes qui font à la fois office de pare-vapeur et participent à l’étanchéité à l’air pour une bonne maîtrise des flux, limiter les fuites d’air parasite et aider la ventilation à remplir son rôle.

      Pour limiter les ponts thermiques et phoniques, il est préférable d’avoir une continuité de l’isolation et c’est l’un des intérêts de notre système Optima murs https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous . L’isolant est posé en continu et on ne rencontre pas les ponts thermiques occasionnés par chaque montant. Les appuis qui sont ponctuels et en matériau composite réduisent également les points de transmission thermique. A titre d’information, la différence de performance d’un même isolant (pour pouvoir comparer ensuite deux systèmes) entre le système Optima murs et un système avec rails et montants appelé couramment Placostil® en France est de 45 %.

      Voilà tout ce que je peux dire pour vous aider sur quelques principes de conception et de réalisation d’isolation. Bien évidemment, la résistance thermique R doit être la plus élevée possible et les recommandations dans ce domaine varient notamment selon la paroi à isoler, la région. Les matériaux, le mode constructif, les méthodes d’isolation, les habitudes de travail, peuvent également varier énormément varier d’un pays à l’autre séparé parfois par une simple frontière virtuelle, voire d’une région à l’autre en France.

      Bien cordialement
    • MarcIsover

      Il y a 9 mois

      Bonjour Geoffrey,

      Il est bénéfique d’améliorer l’isolation thermique de votre paroi murale en la renforçant par l’ajout d’un nouvel isolant. Comme la place doit être comptée et pour ne pas trop empiéter sur la surface habitable, vous pouvez opter pour un isolant avec le plus faible lambda possible (performant par conséquent) et ceci dans la plus forte épaisseur en fonction de la configuration de votre logement afin d’obtenir la plus forte résistance thermique R possible : https://www.toutsurlisolation.com...thermique/Forte-resistance-thermique

      Une ventilation adaptée est nécessaire pour limiter tout risque de pathologie (moisissure, humidité, condensation) et assurer un renouvellement de l’air ambiant pour une bonne qualité de ce dernier.

      Salutations
  • isa

    Il y a 1 an

    bonjour, je cherche une maison à acheter et lorsque je les visite il m'est difficile de savoir si les murs sont isolés. On me dit qu'il faut se fier à la largeur de la tapée d'isolation d'une fenetre. est-ce fiable ? car sur de nombreuses maisons il n'y en a pas : est-ce que cela signifie qu'il n'y a aucune isolation dans les murs ?
    Merci
    • MarcIsover

      Il y a 1 an

      Bonjour Isa,

      Bonne question à laquelle il est difficile de répondre.

      Plusieurs éléments peuvent vous permettre de faire une évaluation approximative de l’isolation de la maison :
      - Sa date de construction et par conséquent les normes qui étaient en vigueur à cette époque
      - Le DPE : Diagnostic de Performance Energétique obligatoire lors de la vente d’une maison
      - Les factures d’énergie qui sont un indice mais certaines personnes chauffent à 19°C quand il faut beaucoup plus à d’autres et les modes de vie diffèrent d’une personne à l’autre.
      - Un coup d’œil dans les combles
      - En démontant un boitier électrique dans un mur non sans avoir pris au préalable toutes les garanties de sécurité (couper l’alimentation électrique)
      - La tapée d’isolation, c’est une chose mais quel est l’isolant qui a été mis en œuvre ? C’est la résistance thermique R qui prime sur l’épaisseur car tous les isolants n’ont pas les mêmes caractéristiques (même au sein d’une même famille)
      - Lors d’une visite en hiver (la période approche), comparer en cas de gelée blanche la toiture avec celles des maisons voisines donne une idée de déperditions thermiques. Même si l’isolation des combles perdus à pu être renforcée indépendamment, cela fait partie du faisceau d’indices.

      Voilà quelques éléments pour estimer l’isolation d’une maison, j’en oublie peut-être !

      Bien cordialement
  • Math

    Il y a 1 an

    Bonjour,

    Petite question:
    Nous achetons une ancienne maison (style maison de maître) qui présente une isolation par torchis. Le torchis est en superbe état ainsi que les mur interieur. ils ont encore la tapisserie dessus qui ne se décolle même pas, et aucune trace d'humidité.
    Ma question est, est-ce que je peux isoler directement après le torchis en laissant une lame d'air de 2cm? ou dois-je mettre à nue les murs avant d'isoler ?
    Pas de risque de moissisures par la suite ou autres ?

    Merci de votre réponse.
    Cordialement,
    Mathias
  • Nicoto 94

    Il y a 1 an

    Bonjour
    Je rénove un ancien corps de ferme où je souhaite réaliser 9 logements...Les murs sont très épais environ 60 cm et je ne peux faire d isolation extérieure car les murs ne sont pas droit ...!
    Pour avoir la meilleure isolation intérieure, que me conseillez vous??
    Enfin pour l isolation des combles perdus...J ai placé de la laine de verre en 250 mm sur le faux plafond avec papier kraft côté intérieur...J avais rajouté 60 mm de polyuréthane au dessus des solives du faux plafond mais j ai entendu dire que cela n' était pas correct par apport à la vapeur d eau...?!
    Que me conseillez vous:
    - retirer la laine de verre de 250 mm et placer un vrai pare vapeur côté intérieur puis remettre la laine de verre de 250 mm et rajouter de la laine de verre à insuffler par dessus celle ci jusqu' à la hauteur des solives...?!
    -Puis bien laissé la laine de verre sur le faux plafond, insuffler la laine de verre à la hauteur des solives mais ne pas rajouter de plancher et ne pas rajouter de polyuréthane ??
    Dans l attente de votre réponse
    • MarcIsover

      Il y a 1 an

      Bonjour,

      Il doit être malgré tout possible de réaliser une ITE sur vos murs même s’ils ne sont pas tout à fait droits (à moins que ça ne ressemble à la tour de Pise). Des laines minérales telles que les Isofaçade adaptées à l’isolation par l’extérieur ont une certaine souplesse leur permettant de s’adapter à de légères irrégularités. Il doit être possible de trouver des solutions pour la pose du bardage mais là n’est pas le propos de votre question initiale.

      Pour isoler vos murs et compte tenu j’imagine de vos contraintes de surface, optez pour une laine minérale en rouleau à faible lambda (type GR 32) que vous pourrez mettre en œuvre aisément à l’aide du système Optima murs, qui, par une pose continue, a une différence de performance de 45 % pour un même isolant par rapport à une pose entre rails et montants. Voir ici https://www.isover.fr/guides/isol...olation-des-murs-par-linterieur-sous. Il faut viser la résistance thermique R la plus forte possible. Pour le parement et dans le cadre d’une location où les locataires ne sont pas toujours soigneux, une nouvelle plaque de plâtre est apparue (Habito ®) beaucoup plus résistante aux chocs et qui facilite également beaucoup la fixation d’objets lourds.

      La pose de plaques de « mousse » rigides étanches à la vapeur d’eau peut effectivement être source de désordres si elles sont posées de façon jointive (ce qui doit être le cas pour être efficaces). Elles risquent de bloquer la vapeur d’eau contenue naturellement dans l’air et dans des proportions variables, air qui va du chaud vers le froid, et être ainsi source de condensation.

      Pour plus de sécurité (ce n’est pas une obligation si le comble est bien ventilé et s’il n’y pas de plancher de stockage), il est donc préférable d’enlever temporairement la laine existante, de positionner une membrane pare-vapeur et d’étanchéité type Stopvap ou Vario Xtra par exemple, de repositionner la laine de verre en gardant le revêtement kraft tourné vers le côté chauffé. Vous pourrez ensuite souffler une laine minérale en flocons au-dessus de la laine en rouleau jusqu’au niveau des solives voire plus. Il faut bien évidemment oublier le polyuréthane et isoler au plancher de vos combles perdus pour éviter d’augmenter le volume chauffé si vous aviez souhaité isoler sous la toiture.

      Espérant avoir bien répondu à vos questions

      Bien cordialement.
  • Gil&Mel

    Il y a 1 an

    Bonjour,

    Nous venons d'acheter une ferme en Haute savoie (env. 450m d'altitude ) , sans vide sanitaire (à même la terre), mur épaisde 50cm, aucune isolation, une dalle béton au sol. Une renovation a déjà été effectuée ds les années 80/90 (isolation toit notamment)

    Nous prévoyons de changer les fenêtres, mettre en place une VMC.

    Nous avons déjà décapé les murs de tout le crépi interieur. Ils sont tout enduit d'un crepi / enduit béton. Sous le crépi, sur qq cm, il y avait du salpêtre. Et nous avons enlevé le stratifié posé sur du parquet car cela avait fait pourrir le parquet.

    Nous en sommes donc à la question l'isolation.

    Peut on isoler la dalle beton au sol? Faut-il le faire? Avec quel materiau ?
    Nous envisageons au sol un mix carrelage / parquet.

    Isolation interieur ?
    Liege? Laine de roche?
    Isolation Exterieure?
    Polystyrène ? Laine de roche?

    Merci de vos réponses
    Bonne journée
  • Bob S

    Il y a 1 an

    Bonjour,

    Mon habitation fait 25 mètres de long dont la moitié est mitoyenne avec des habitations à gauche et à droite.

    J'envisage de mettre en place une GR32 sur 10 cm d'épaisseur + placo.

    Les murs extérieurs étant en brique pleine d'une épaisseur de 33 cm et irréguliers (construction du XIX ème siècle) j'ai l'intention de laisser un vide d'air légèrement ventilé de 5 cms comme c'est le cas actuellement entre le carreau de plâtre existant et ces murs.

    1/ Si j'utilise Optima Murs, est-ce possible d'avoir ces 5 cms ou ce principe est-il uniquement conçu pour laisser 2 cms comme dans les vidéos de pose ? Si oui, quelle est la technique adaptée ?

    2/ Le pare-vapeur est-il hydro-régulant ? Si non, faut-il utiliser la GR32 nu et ajouter un pare-vapeur ayant ces fonctions ?

    3/ Faut-il ajouter une membrane d'étanchéité à l'air ?

    4/ Dois-je utiliser la même technique là où le mur est mitoyen de chaque côté avec d'autres habitations ?

    Merci d'avance pour votre collaboration

  • Cdelav

    Il y a 1 an

    Bonjour,
    nous trouvons tout un tas d'idées et de solutions utiles pour la rénovation sur ce site. Merci.
    Cependant je souhaite isoler le plafond en brique creuse du vide sanitaire accessible de ma maison afin d'isoler mon plancher, avec une épaisseur tout compris de 120 mm maxi. L’esthétique n'est pas un critère, mais l'acoustique oui car il y a un peu de machinerie. L'utilisation de panneaux polystyrène extrudés collés directement sur la brique peut-elle être une solution pérenne ? une étanchéité à l'air est-elle nécessaire ?
    Me conseillez-vous une autre solution ?
    Merci d'avance
  • noo 62

    Il y a 1 an

    Bonjour je rénove une maison de 1930 dans le nord de la France

    Les murs sont composés en brique plines rouges épaisseur 35 cm + platre
    Je voudrais isolé avec de la GR 32, puis je l'appliquer directement contre le mur ou la lame d'air est elle obligatoire ?
    Créer une lame d'air favorise l'effet de condensation ?

    Merci
  • annec31

    Il y a 1 an

    Bonjour

    Nous hésitons entre faire construire ou rénover une vieille maison.

    En mettant de côté les problèmes esthétiques et en misant tout sur l'isolation d'une vieille maison en pierre (sans se préoccuper de budget) . Au final à quel niveau d'isolation peut-on arriver au mieux ? (A,B, C ???)
    Est-ce possible d'obtenir un résultat comparable à une maison moderne ?

    Merci de votre aide.
    • MarcIsover

      Il y a 1 an

      Bonjour,

      Il est possible en rénovation, comme dans le neuf, d’arriver à des niveaux d’isolation très élevés. C’est une pratique qui devrait se développer et une tendance lourde très probablement. Elle est pour le moment moins fréquente que dans le neuf et demande, qui plus est, une adaptation à chaque chantier. Les matériaux isolants existent déjà, ils évoluent. Il faut trouver la bonne solution et qu’elle soit bien mise en œuvre par une entreprises qualifiée.

      Quelques recherches avec des mots clés comme « rénovation BBC » ou encore « rénovation maison passive » par exemple vous montreront que c’est faisable et c’est tant mieux !

      Meilleures salutations
  • Geneu

    Il y a 1 an

    Bonjour

    Je me renseigne pour acheter une ancienne grange avec mur en pierre (épaisseur 50/60 cm) et sur une autre partie de la grange mur en terre avec des cailloux mélange
    J'aimerais savoir quel serait le meilleur isolant pour ce rapprocher le plus possible de la RT2012
    Merci
    • MarcIsover

      Il y a 1 an

      Bonjour,

      Il n’y pas de meilleur isolant ! Le meilleur isolant est celui qui est adapté à l’usage visé et de nombreux paramètres peuvent être des éléments de choix (performance, lambda, rapport qualité-prix, classement au feu, résistance à la compression, etc…, etc….) . La laine de verre est certainement celui qui présente le meilleur rapport entre la résistance thermique R et le coût au m².

      Il en existe de différentes variétés selon la paroi à traiter :
      - En mur, des GR32 qui vont jusqu’à une épaisseur de 180 mm permettent d’atteindre R= 5.60 quand les préconisations actuelles en mur sont de l’ordre de 4 (R=4.35 m².K/W en 140 mm)
      - Pour le plancher de combles perdus, vous pouvez soit souffler une laine en flocons soit dérouler une laine type IBR 40 qui permet d’atteindre R=10 en une seule couche de 400 mm (préconisations actuelles r de l’ordre de 8)
      - En combles aménagés, il existe toute une gamme de laine Isoconfort qui permettent d’atteindre R=8 avec une référence en lambda 35 et en 280 mm d’épaisseur. Selon les configurations, il est possible de positionner une première couche entre chevrons afin d’avoir un R plus élevé.
      - En sol bas, ce sont plutôt vers de mousses type PUR ou PIR que l’on se tournera. Les R préconisés dans ce secteur sont de l’ordre de 4
      Vous voyez donc que le panorama est large et vous avez de nombreuses autres informations sur le site pour vous aider dans votre choix https://www.toutsurlisolation.com/Choisir-son-isolant

      Cordialement.
  • Eli

    Il y a 1 an

    Bonjour à tous,

    J'ai une maison de campagne dans l'Yonne, je vais entreprendre des travaux d'isolation, je souhaiterai avoir vos avis si je dois isoler totalement une poutre en bois qui est le long du rampant, ou la laissé semi apparente.
    Merci d'avance pour vos réponses
    Eliseo
    • MarcIsover

      Il y a 1 an

      Bonjour,

      Le CPT 3560-V2 http://evaluation.cstb.fr/doc/groupe-specialise/cpt/cpt-3560-v2.pdf
      indique au § 4.2.2.1.1 (voir figure 6) que l’isolant doit être posé sur la panne sablière (si nous parlons de la même poutre) et remonté sur celle-ci en veillant à maintenir la lame d’air de ventilation de la couverture. Les orifices de ventilation ne doivent pas être obstrués.

      Cordialement
  • VdR

    Il y a 1 an

    Bonjour;


    Je vous remercie pour votre site, précis, fouillé et facile à consulter ! C'est une source incontournable.
    Je me permets toutefois de solliciter votre expertise, car je ne parviens pas à trouver la bonne solution pour mes travaux.

    Nous avons acheté il y a peu une maison de la fin du XIX, en Anjou. Ce sont des murs de pierre de 50 cm, sur un soubassement sans doute en pierre d'ardoise. Il n'y a aucun vide sanitaire.
    Le terrain peut être assez humide, et nous avons des remontées capillaires évidentes, visibles sur au moins un mètre de haut sur les murs de refend. L'idéal serait de commencer par créer un drain périphérique, mais nous sommes obligés d'y renoncer pour le moment. Cependant, les murs restent sains dans l'ensemble.

    Je souhaite isoler par l'intérieur.
    J'imagine que j'ai intérêt à laisser une lame d'air de 2 cm. Je me demandais si je ne devrais pas créer une ventilation (naturelle, par VB/VH, ou mécanique, par extraction), pour évacuer l'humidité dans cette lame d'air.
    Par ailleurs, que puis-je utiliser comme isolant ? La laine de verre me paraît inappropriée, compte tenu du risque de taux d'humidité. La laine de roche serait-elle plus judicieuse ? Ou faut-il que je prévoie un autre produit ?
    Réfléchir à une solution radicalement différente du type chaux/chanvre vous semble-t-elle opportune (restant à étudier la question du coût...) ?


    Je vous remercie de vos conseils !
  • Poupette

    Il y a 1 an

    Bonjour, je voudrais savoir si quelqu'un peux nous donner conseil. Nous avons dans notre chambre (située au dessus d'un sous sol) des traces de moisissures noir qui se forment sur le haut à la jonction plafond, ainsi que sur le bas et dans les angles, avec une odeur d'humidité. Nous avons mis à nu les 2 murs concernés (c'est une maison des années 50/60, non mitoyenne), lessivés au javel, imbibés (conseil vu sur internet) de vinaigre et bien laisser le tout sécher. On à ensuite appliqués un produit anti humidité. Comme les murs sont froid, on sait dit que l'humidité devait être dût à un choc thermique donnant lieu à une humidité ambiante, on à donc suivis des conseils trouver sur le net, et mis des plaques de polystyrène. Sauf que 2 jours plus tard, les plaques ont commencer à se décoller et mauvaise surprise le mur était plus qu'humide, au toucher on avait de l'eau sur la main. Que peux t'on faire ? Sachant que nous n'avons pas les moyens de faire faire une isolation extérieur coûteuse. merci au personnes qui pourront nous conseiller.
  • Mathieu Dantredade

    Il y a 1 an

    Bonjour, et bravo pour votre site, j'y apprends énormément de choses.

    Nous sommes en train de rénover notre maison, ancienne, en altitude +900 M, et j'ai besoin de conseils pour savoir quelle solution ISOVER nous devons mettre en oeuvre:

    Pour le toit, charpente "Traditionnelle" ( Bac acier - Lame d'air - Pare pluie - Lame d'air - OSB ), nous envisageons : Laine de verre au contact de l'OSB / Système de suspentes OPTIMA / Frein vapeur VARIO / Lambris bois pour finir ( Le fait de prendre un frein vapeur VARIO nous rassure par rapport au risque de condensation, ainsi, nous laisserons respirer notre isolation )

    Pour les murs mitoyens, et comme ceux donnant sur l'extérieur : Ossature métal, lame d'air, laine GR32 NU, et nous aimerions recouvrir par de l'OSB, aussi, nous ne savons pas s'il nous faut GR32NU ou GR32 kraft ( Nous pensons que l'OSB laissera "respirer" la solution isolante.

    Notre stratégie ( surtout concernant la gestion de la vapeur d'eau, car les murs de 70 cm sont étanches à l'air ) vous semble-t-elle viable?

    Par avance merci

    Cordialement

    M.D.

    Pour les murs donnant sur l'extérieur : Ossature métal,
    • sofi29

      Il y a 1 an

      Bonjour Mathieu,

      Merci pour votre commentaire sur notre site happy

      Pour votre chantier situé en climat de montagne, la conception de la toiture doit répondre aux exigences du "Guide des couvertures en climat de montagne" du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), revu en 2011.

      A ce titre, il semble qu'il manque une ventilation de la sous face des panneaux OSB. En effet, la résistance à la diffusion de vapeur d'eau (Sd) de ce type de matériau diffère selon le fabricant et parfois même selon la fabrication :/. Or pour la gestion des transferts de vapeur d'eau dans les parois, cette résistance doit être décroissante depuis l'intérieur vers l'extérieur de la toiture. La membrane Vario quant à elle est bien prévue pour un usage en climat de montagne mais, elle se pose en toiture froide donc ventilée.

      Vous pouvez trouver le Guide des toitures en climat de montagne auprès de la boutique du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Batîment). Sinon, il y a certains sites qui donnent pas mal de conseils comme par exemple celui-ci : http://toiture.pro/guide-couverture-montagne.php

      Pour les murs, là encore, la résistance à la diffusion de vapeur d'eau va dépendre de la qualité de l'OSB choisi. Pour limiter la transmission de vapeur d'eau dans la paroi, il serait sans doute préférable d'opter pour la mise en oeuvre d'une membrane hygrorégulante telle la membrane Vario Xtra, qui assure un rôle pare vapeur en hiver et permet le transfert de la vapeur d'eau vers l'ambiance intérieure en été, lorsque les pressions s'inversent. La membrane Vario Xtra est également validée en climat de montagne.

      Pour lutter contre l'excès d'humidité dans l'ambiance intérieure, profitez des travaux pour mettre en oeuvre un système de ventilation contrôlée dans le logement s'il n'en possède pas déjà car notre mode de vie actuel produit pas mal de vapeur d'eau et il faut un système de ventilation adapté pour éviter tout excès d'humidité dans l'ambiance intérieure (jusqu'à 12 litres/ jour pour une famille de 4 personnes).

      Cordialement.

      Cordialement.
  • boultitude

    Il y a 1 an

    bonjourfenetre double vitrage pvc
    4/5 et +/4 avec volet extrapolee volet oui
    remplissage argon NON
    fenetre 2 double vitrage- bois 412/4 avec volet
    extrapolee - volet oui
    remplissage argon NON
    porte avec double vitrage - bois 2m² - volet non concerne
    remplissage argon non concerne

    mur en pierre de taille et moellons' - extrapole -
    epaisseur 50cm ----- isolation NON
    annee epaisseur isolation non concerne

    s'ajoute à une absence de chauffage plus de 1 ans et demi et une absence d'aeration
    est ce dans les normes d'habitation
    merci pour vos reponses
    • sofi29

      Il y a 1 an

      Bonjour Boultitude,

      Avec des murs d'épaisseur à 50cm, il s'agit d'une construction ancienne. Les règles de construction n'étaient alors pas les mêmes. Par exemple, l'obligation de ventilation mécanique dans les locaux d'habitation ne date que de 1982 (arrêté du 24 mars 1982, modifié par l'arrêté du 28 octobre 1983). Au préalable, il n'y avait qu'une obligation d'aération générale et permanente des locaux d'habitation pendant la période où la température oblige à laisser les fenêtres fermées (arrêté de 1969).

      Les éléments que vous rapportez sur les fenêtres et porte de votre logement ne peuvent à mon sens être jugés "non conformes". Toute amélioration thermique du logement ne peut être apportée que via des travaux de rénovation.

      Par contre, votre bailleur a obligation à vous louer un logement décent; Or pour être décent, un logement doit par exemple comporter un système de chauffage et de production d'eau chaude en bon état d'usage et de fonctionnement !

      Je vous conseille donc de vous rapprochez-vous de l'Adil le plus proche de votre secteur d'habitation afin qu'ils vous conseillent sur les démarches à entreprendre. En tant que locataire, vous avez droit à occuper un logement conforme aux règles de décence et salubrité et votre propriétaire, s'il a des droits en tant que bailler a également des obligations !

      Pour obtenir le contact de l'Adil de votre département, consultez la carte dans le lien ci-après : https://www.anil.org/lanil-et-les-adil/votre-adil/

      Bon courage !
  • emilien88

    Il y a 1 an

    Bonjour;

    nous venons d'acheter une maison des années 50 avec des murs en pierre de 50 cm (aucune trace d'humidité a l'intérieure de la maison). Les murs ne comportent aucune isolation et sont enduit directement de plâtre. La maison comportent plusieurs étages nous souhaiterions donc l'isoler par l'éxterieure a l'aide de polystyrène de 14 cm avec un R= 4,5.

    Ma question concerne l'intérieur, étant donné que nous allons refaire l'électricité a neuf et pour éviter d'avoir des saigné a faire dans les murs nous allons plaquer l'intégralité des murs donnant sur l extérieure, j'aimerais savoir qu'elle type d'isolant dois je poser et si il est obligatoire de laisser un vide d'air de 2cm étant donné que nous allons protéger les façades extérieures?

    Merci d'avance pour vos réponses qui me seront d'une aide précieuse.
    • Renovatron

      Il y a 1 an

      Bonjour emilien88,

      Les murs en pierres sont composés de pierres et de liant(s).
      Le problème des murs en pierre est qu'ils tirent de l'humidité en l'occurrence du sol comme le ferait un tampon de ouate.
      On dit d'un mur en pierre qu'il doit pouvoir respirer; cela signifie en fait qu'il doit pouvoir sécher.
      La lame d'air sert à cela.
      Donc oui, la lame d'air est nécessaire surtout que le mur ne pourra plus évacuer son eau par l'extérieur étant donné que le polystyrène est étanche à l'eau.


  • Nicolas

    Il y a 1 an

    Bonjour, dans une vielle maison avec mur en pierre de 40 cm je vais réalisé une ossature métallique avec rail et montant de 48 mm. Ma question est est-ce que je peut mettre aussi de la laine de verre collé au pierre. Si oui laquelle privilégié? Je pensais mettre 5 cm afin de ne pas perdre trop de place.
    Et une autre question concernant la toiture, je vais mettre 10 cm entre chevron mais quel model?? gr32 ou 35 ? Et ensuite en la croisant de la 200mm mais la aussi je suis perdu quel model?
    Merci par avance
    Cordialement Mr Rindone
    • sofi29

      Il y a 1 an

      Bonjour Nicolas,

      Pour la pose d'une laine entre chevrons, il vous faut laisser une lame d'air ventilée d'au minimum 2cm sous liteaux pour la ventilation réglementaire sous couverture si la toiture ne comporte pas d'écran de sous toiture HPV (Haute Perméabilité à la Vapeur d'eau). Si les chevrons font 10cm de hauteur, vous ne pouvez donc placer qu'un isolant d'une épaisseur maximale de 60mm afin de prendre en compte la reprise possible d'épaisseur de l'isolant (un isolant de tolérance d'épaisseur T2 peut potentiellement reprendre jusqu'à 1,5cm de plus). Vous pouvez donc opter, soit pour un isoconfort 35 avec R=1.70, soit pour un isoconfort 32 avec R=1.85 m2.K/W.

      Pour limiter l'encombrement sous chevrons, il existe une laine Isoconfort 32 en 200mm permettant d'obtenir en un seul lit une résistance thermique R=6.25m2.K/W.

      En ce qui concerne l'isolation des murs, dès lors que vous réalisez une isolation en rénovation, la réglementation thermique pour les bâtiments existants exigent la mise en oeuvre d'une résistance thermique R=2.30 en murs ou à minima R=2m2.K/W si l'isolation conduit à une réduction de la surface habitable de la pièce de plus de 5%. Avec un isolant de type GR32, c'est donc une épaisseur minimale d'isolant de 75mm à mettre en oeuvre.

      Sachez que la mise en oeuvre d'un isolant entre montants métalliques fait perdre 45% de la performance d'isolation attendue de l'isolant mis en oeuvre, les montants métalliques formant un pont thermique tous les 0.60m. De plus, il est conseillé de laisser une lame d'air de 2cm entre les murs de pierre et l'isolation mise en oeuvre afin de laisser les murs gérer seuls leur taux d'humidité. De fait, cela correspond donc à une mise en oeuvre sur cales imputrescibles en mettant en oeuvre une protection au pied de l'isolation. Vous pouvez trouver un type de réalisation en page 24 du guide en lien ci-après : https://www.isover.fr/sites/isove...42C022E2DC10424DBD281CB8233C7C6D.pdf

      La mise en oeuvre d'une membrane hygrorégulante de type Vario Xtra est recommandée pour limiter les transferts de vapeur d'eau dans les parois en hiver et pour permettre un transfert de la vapeur d'eau dans l'ambiance intérieure en été.

      Profitez de vos travaux de rénovation pour étudier la mise en oeuvre d'un système de ventilation adapté dans le logement s'il n'en n'existe pas car notre mode de vie actuel produit beaucoup d'humidité en intérieur (jusqu'à 12 litres de vapeur d'eau par jour en moyenne pour une famille de 4 personnes) : douches, cuisine, lessive + séchage en intérieur, etc.)

      Bons travaux.
  • Julien

    Il y a 1 an

    Bonjour,
    Je rénove une maison des années 50/60
    Les murs sont en briques creuses (environ 20 cm) avec une couche de plâtre y a une isolation extérieur (polystyrène ).
    Je rénove tout les murs en contre cloison (armature ferrailles et placo).
    Dois je laissé une lame d'air entre mon isolant et le mur intérieur ?
    • MarcIsover

      Il y a 1 an

      Bonjour Julien,

      Une lame d’air est recommandée en cas d’isolation sur un mur potentiellement humide afin de décaler l‘isolant du mur car l’humidité pourrait dégrader l’isolant ou diminuer sa performance. Mais, dans le bâtiment, une lame d’air est rarement immobile or, cet air circulant, viendrait diminuer la performance de votre ITE. Il n’est donc pas nécessaire de créer une lame d’air. Le mur sain doit être pourvu d’une arase étanche pour éviter les remontées capillaires.

      Dans votre cas, pour la partie isolation, Il est préférable par expérience de mettre en œuvre une isolation intérieure représentant un tiers de la résistance thermique (R) totale positionnée : Le R en extérieur avec votre ITE représentant les deux autres tiers. Une laine minérale type GR 32 en 45 mm avec R=1.40 m².K/W « transparente » à la vapeur d’eau sera recommandée. Plutôt que d’isoler entre les montants d’une ossature métallique, vous pouvez opter pour le système Optima murs qui performe de plus 45% le bénéfice de l’isolation (avec un isolant identique) par rapport à un système rails et montants du fait d’une pose continue de l’isolant et de l’emploi d’appuis en matériaux composites à rupteurs de ponts thermiques.

      Une VMC adaptée et notamment assujetti au taux d’hygrométrie, et également régulièrement entretenue est requise. Aérer en ouvrant les fenêtres quelques minutes par jour est une bonne chose mais ne représente pas une ventilation continue.

      Bon courage pour vos travaux ?
  • caro22

    Il y a 2 ans

    Bonjour
    nous envisageons de rénover totalement une vieille ferme en bretagne dont les murs sont en granit d'environ 40 cm d'épaisseur. Il n'y a actuellement aucune isolation et c'est donc pour le moment une vraie passoire énergétique. Nous voudrions l'isoler totalement, pour le sol et les combles perdues pas de probème, on sait faire. Par contre pour les murs nous ne savons pas quelle type d'isolation extérieure choisir surtout car nous ne savons pas comment fixer tout ça aux murs...
    Quelqu'un a-t-il une idée ou a-t-il déjà eu cette config ?
    • sofi29

      Il y a 1 an

      Bonjour Caro22,

      Il est conseillé de laisser une lame d'air entre les murs et l'isolation afin de laisser les murs gérer leur taux d'hygrométrie. Vous pouvez trouver en page 24 du guide en lien ci-après, un type de montage possible à réaliser : https://www.isover.fr/sites/isove...42C022E2DC10424DBD281CB8233C7C6D.pdf

      L'ajout d'une membrane hygrorégulante telle la membrane Vario Xtra permet de limiter les transferts de vapeur d'eau dans les parois en hiver mais en été, elle permet un transfert de la vapeur d'eau vers l'ambiance intérieure lorsque la pression atmosphérique s'inverse. De fait, l'humidité ne reste pas bloquée dans les parois.

      Profitez de vos travaux pour étudier la mise en oeuvre d'un système de ventilation adapté afin d'avoir un renouvellement suffisant et nécessaire de l'air intérieur, afin de rejeter l'air vicié et limiter les risques d'humidité dans l'air ambiant.

      Bons travaux !
  • CapitaineTaz

    Il y a 2 ans

    Bonsoir,

    Je viens d'acheter une maison en pierre, j'ai déposé certains murs ( plâtre ou brique ) pour retrouver la pierre que je vais isoler en 100 voir 120, je voulais savoir pour les murs que j'ai pas "démoli" ( mur extérieur pierre + vide d'air + brique et plâtre ) est ce que je suis obligé de passer en 120 ou je peux mettre moins ? Car sinon cela me réduit énormément les pièces.

    Merci d'avance.
  • fayolle

    Il y a 2 ans

    bonjour nous rénovons une veille maison en pisé, nous souhaitons isoler les murs par l’intérieur avec des panneaux de fibres de bois rigide et hydrofuge + placo qu'en pensez vous?

    cordialement
  • tati44

    Il y a 2 ans

    bonjour je souhaite reisoler et plaquer deux murs d'une chambre les murs sont en platre.peut on poser directement la laine de verre sur le Mur ou est il préférable de faire différemment? si oui quelle est la méthode à appliquer?merci cdlt
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Tati44,

      Si le mur est sain et que vous ne souhaitez pas déposer l'existant, il est possible de poser une isolation complémentaire à l'aide du système Optima Murs en rénovation. Vous trouverez les informations nécessaires à la réalisation dans ce guide : https://www.isover.fr/sites/isove...42C022E2DC10424DBD281CB8233C7C6D.pdf

      Dans la mesure où vous ne remettez pas le mur à nu et que celui-ci est actuellement revêtu d'un enduit plâtre, nous vous recommandons la mise en oeuvre de la membrane hygrorégulante Vario Xtra afin d'assurer à la fois la gestion des transferts de vapeur d'eau dans les parois et l'étanchéité à l'air des pièces.

      Enfin, lors d'une rénovation énergétique d'un bien ancien, il faut penser, si le logement n'en comporte pas, à intégrer un système de ventilation maîtrisée afin de garantir la qualité de l'air intérieur. Cette ventilation permet d'évacuer l'air vicié et prévient l'excès d'humidité dans l'air ambiant (évacuation des polluants et de l'humidité liés aux activités des occupants : émanation de produits de nettoyage et fumées, cuisine, douche, linge séchant en intérieur, etc.).

      Pour le choix de la laine de verre, veillez à poser une laine de verre certifiée rigide telle la laine GR32 afin d'avoir la tenue mécanique indispensable pour ce type d'application. Sa pose doit être réalisée de façon continue sous ossature métallique afin de garantir le calfeutrement des parois à isoler.

      Cordialement.
  • romano

    Il y a 2 ans

    Bonjour,

    j'habite dans l'herault, sur les avants-monts du massif-central, notre climat reste tout de même d'influence méditerranéen avec une petite tendance montagneux, du à l'altitude de 500m. Ma maison âgée de 200ans environ est située en pleine forêt, exposée plein sud. Les murs ont une épaisseurs de 70 cms environ, sur deux niveaux. Je compte bien entendu isoler la toiture et le plancher qui donne sur des caves. Pensez-vous qu'il est nécessaire d'isoler également les murs? Et de quel manière? (rapport rendement/cout

    Merci d'avance pour vos retours,

    Romain
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Romano,

      Il est clair qu'avec des murs non isolés, il faut savoir anticiper les périodes de froid car il faut d'abord réchauffer les murs avant de pouvoir chauffer l'ambiance intérieure... c'est de la construction à forte inertie qu'il faut apprivoiser blunk

      De plus, les maisons anciennes n'ont généralement pas un volume intérieur important et une isolation n'est pas toujours envisageable pour la conservation du cachet extérieur :/ Donc, avant de vous lancer dans l'isolation de l'ensemble des parois, ce qui est un chantier qui nécessite une réflexion globale sur le projet car il faut prendre en compte les caractéristiques propres de la maison (problématique d'humidité par exemple, ce type de maison n'ayant pas de coupure de capillarité à la base des murs), commencez par isoler de façon performante la toiture et le plancher donnant sur caves et faites la chasse aux fuites d'air parasites (cf. https://www.toutsurlisolation.com...ncheite-a-l-air-en-renovation#eaaer4 )

      Côté performance thermique, optez pour une résistance thermique R> 6m2.K/W en toiture et R> 4m2.KW pour l'isolation sous plancher. Préférez la mise en oeuvre d'une membrane pare vapeur et d'étanchéité à l'air hygrorégulante telle la membrane Vario Xtra pour une bonne gestion des transferts hygrothermiques. Elle permet le transfert de vapeur vers l'ambiance intérieure en été et favorise le séchage des parois si nécessaire.

      Cordialement.

      .
  • Sam

    Il y a 2 ans

    Bonjour,

    je suis actuellement dans une rénovation d'ancienne ferme (mur de 60 plein posé sur terre).

    Mon projet est d'isoler par l'intérieur ( isolation, OSB, gyproc).
    Quel isolant me conseillez vous ?
    Isolant semi rigide ( laine) ? si oui faut-il un par vapeur ?
    Isolant rigide ( panneau) ? dans ce cas faut-il un par vapeur ? comment le fixer ?

    D'avance merci,
    bien à vous
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Sam,

      Pour la réalisation de travaux d'isolation dans ce type de bien, il vous faut vous assurer que les murs soient sains. En présence de remontées capillaires, des dispositions devront être prises pour les limiter (pose d'un drain bâtiment périphérique par exemple : http://www.qualiteconstruction.co...idite-en-sous-sol-des-batiments.html ).

      D'une manière générale, pour la pose d'une isolation en parois verticales, il faut au minimum opter pour une isolation semi-rigide (caractère de semi-rigidité des isolants mentionné sur le certificat Acermi des isolants certifiés).
      Si vous optez pour un isolant à base de fibres minérales tel l'isolant spécifique murs GR32 par exemple), la mise en oeuvre d'une membrane hygrorégulante est très intéressante en rénovation de ce type de bien car elle permet de limiter les transferts de vapeur d'eau dans les parois en hiver (fonction pare vapeur) mais ne bloquent pas les transferts lorsqu'ils s'inversent en été. De fait, il permet si nécessaire, un meilleur séchage des parois en été. Opter pour une membrane à large plage de Sd (membrane Vario Xtra par exemple) dans ce cas. Posée à l'aide des éléments relatifs à l'étanchéité à l'air, elle permet de limiter les déperditions liées à d'éventuelles fuites d'air. Attention, selon le type d'isolant mis en oeuvre, une membrane pare vapeur peut être exigée (CPT 3728 isolants à base de fibres végétales ou animales : http://evaluation.cstb.fr/doc/groupe-specialise/cpt/cpt-3728.pdf ).

      Pour la mise en oeuvre de l'isolation, il faut éviter la pose de l'isolant entre montants car les montants génèrent un pont thermique non négligeable. Préférer la mise en oeuvre d'une double ossature pour maintenir une lame d'air continue entre l'isolant et le mur afin de le laisser gérer seul son hygrométrie. Vous pouvez trouver en page24 de ce guide, un exemple de mise en oeuvre : https://www.isover.fr/sites/isove...C10424DBD281CB8233C7C6D_2014_109.pdf
      La mise en oeuvre de la membrane pare vapeur hygrorégulante s'effectue à l'aide d'un adhésif double face sur l'ossature métallique avant la pose du parement en plaques de plâtre.

      Cordialement.


  • Lolo76700

    Il y a 2 ans

    Bonjour,

    Je passe mon premier été dans ma nouvelle acquisition.
    Ma maison est située dans une petite vallée au beau milieu de la forêt pleine d'humidité. Dans la salle a manger j'ai un mur de pierre apparent ou j'ai observé ces derniers jours (forte pluie+chaleur+ humidité) que des goutellettes sortent vers le bas du mur provoquant de la condensation et des petites flaques d'eau à la longue. La cuisine a été rajouté derriere ce mur pourtant isolé il y a des endroits très humide également des petites flaques apparaissent par endroit. Pourtant l'hiver je n'ai pas ce problème avec le chauffage au fuel. Seulement a cette période de l'année je l'ai arreté. J'ai beau aeré en ce moment il n'y pas d'air pour que cela seche. Que faire?
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Lolo76700,

      A la lecture de votre post, il y a 2 questions qui me viennent à l'esprit :

      - la maison comporte-t-elle un système de ventilation mécanique afin de réguler le taux d'humidité de l'air intérieur ? L'aération ne constitue pas un système de ventilation aujourd'hui nécessaire pour assurer la qualité de l'air intérieur en toutes saisons. Un système de ventilation permanent permet d'évacuer l'air vicié et de limiter l'humidité ambiante. Si votre maison n'en comporte pas, pour assurer le renouvellement suffisant et nécessaire de l'air intérieur, il vous faudra étudier la mise en oeuvre d'une ventilation, de préférence de type hygroréglable afin qu'elle réagisse en fonction du taux d'humidité de l'air et donc de l'occupation..

      - vous ne précisez pas la date de construction du bien mais je suppose qu'il peut s'agir d'une maison ancienne ne comportant pas forcément de coupure de capillarité à la base des murs. Au vu de votre description, il semble que l'humidité apparente sur le bas des murs soit plutôt liée aux remontées par capillarité (notamment s'il y a eu beaucoup de pluie ces derniers temps). La pose d'un drainage périphérique pourrait éviter la stagnation des eaux de pluie au pied des murs et de fait, limiter les remontées capillaires. Faites réaliser un diagnostic humidité par un professionnel afin de déterminer les causes possibles de cette humidité.

      Il existe différentes solutions pour le drainage périphérique des bâtiments. Une recherche sur le web sur la thématique "drainage des bâtiments" vous donnera des indications sur la réalisation de ce type d'ouvrage

      Cordialement.
  • Dub'S

    Il y a 2 ans

    bonjour,

    Nous venons d’acquérir une maison ancienne ou il y a eu un traitement champignon( style mérule)...
    les murs traités sont à nu à l’intérieur de la maison et coté extérieur, c'est de la pierre avec des joints ciment.. comment pouvons nous isoler ???
    devons nous laisser les 2cm d'air? comment éviter un pont thermique? comment isoler et permettre aux murs de respirer?

    quelle est la solution pour isoler ce genre de murs???

    un grand merci !

    Merci de nous partager vos connaissances et savoirs happy
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Dub'S,

      Selon le DTU 20.1, si le mur ne comporte pas d'étanchéité extérieure (enduit) et que l'eau de pluie est susceptible d'humidifier légèrement la face interne du mur alors il est préférable de ménager une lame d'air entre l'isolation et le mur pour le laisser gérer seul son hygrométrie. Ainsi, vous pouvez réaliser votre doublage de murs périphériques en mettant en oeuvre des cales pour que la lame d'air soit continue du sol au plafond.

      Vous pouvez trouver en page 24 de ce guide, une solution pour réaliser cette lame d'air https://www.isover.fr/sites/isove...C10424DBD281CB8233C7C6D_2014_109.pdf

      Pour éviter tout pont thermique, l'isolant doit être posé en continu à l'avant de l'ossature permettant de réaliser la lame d'air (éviter toute pose entre montants car ce type de montage pénalise la performance thermique de 45% lorsqu'il s'agit de montants métalliques et d'au moins 20% lorsqu'il s'agit d'une ossature en tasseaux bois imputrescilbles). L'isolant doit être au minimum semi-rigide pour avoir une tenue mécanique indispensable pour l'isolation des murs. Les lés d'isolant seront posés bord à bord jointifs pour calfeutrer l'ensemble de la surface à isoler. Pour optimiser votre surface habitable, optez de préférence pour un faible lambda (0.032 W/m.K par ex.).

      Cordialement.

      Pour finaliser, si vous souhaitez réaliser l'étanchéité à l'air des parois via une membrane, optez de préférence pour une membrane pare vapeur hygrorégulant à positionner au-devant de l'isolant. Ce type de pare vapeur permet une meilleure gestion des transferts hygrothermiques dans les parois. Il est pare vapeur en hiver mais permet un séchage des parois en été (ex. Membrane de type Vario Xtra à large plage de Sd 0.4 à 25 m.).
    • Spiral221

      Il y a 2 ans

      Avant toute chose essayer de faire un drainage autour de votre maison pour faire baisser la pression hydrologique le sol à l'extérieur est peut être plus haut que celui de la maison ,par expérience l'humidite remonte toujours il y a un odeur de champignon dans la maison.sinon la lame d'air ça marche mais l'humidité est toujours derrière.
    • Dub'S

      Il y a 2 ans

      La maison est construite sur un sous sol tatol semi enterré. Donc pas de souci de ce côté là happy

  • dbricole

    Il y a 2 ans

    bonjour,
    je souhaite isoler (de façon thermique et acoustique) une chambre au dessus d'un garage, local piscine et chaudière (non chauffé donc). Je souhaite garder le vieux plancher de la chambre et donc isoler par le plafond du garage: ça tombe bien il y a déjà des chevrons.
    Dois je placer un frein vapeur? et si oui ou?
    merci pour bos conseils.
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour dbricole,

      Dans la mesure où il s'agit d'un plancher séparant un local chauffé d'un local non chauffé, oui, il vous faut mettre en oeuvre un pare vapeur. Il doit toujours être posé du côté chauffé de la paroi (France métropolitaine).

      Du coup, si vous isolez par le dessous, vous devrez d'abord habiller votre plancher d'une membrane pare-vapeur. Elle doit recouvrir l'ensemble de la surface en épousant les solives. Aussi, il est souvent plus facile de disposer les lés de membrane (largeur 1.50m) de façon perpendiculaire aux solives afin de faciliter leur habillage (agraphes + scotch d'étanchéité adapté). Procédez ensuite à la pose des suspentes adaptées à l'épaisseur du lit de laine posé en continu en sous face des solives.

      Pour la mise en oeuvre de l'isolant entre solives, optez de préférence pour un isolant semi-rigide afin qu'il se maintienne bien en appui entre les solives, le temps d'embrocher le second lit continu de laine sous les solives. son épaisseur correspond à la hauteur des solives.

      Pour la sécurité au feu de ce plafond, sachant que le local inférieur contient la chaudière, optez pour un isolant de classement au feu Euroclasses A2s1d0. Le parement final doit aussi être adapté à l'environnement humide du fait de la présence d'une piscine dans ce même local.

      Cordialement.

      Cordialement.
  • Kalimera

    Il y a 2 ans

    Pour lutter contre l'humidité il existe des déshumidificateurs.

    Le principe est simple. Ils aspirent l'air et l'eau condensée tombe dans un réservoir.
    Ayant un studio exposé au nord, l'humidité apparaît dans un angle de la pièce.

    Avec ce déshumidificateur (de marque anglaise), en orientant le flux d'air de l'appareil vers l'angle de la pièce j'assèche correctement le mur.

    Je "récolte" 3 litres d'eau tous les deux jours. J'utilise l'eau condensée pour arroser des plantes.

    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Kalimera,

      Merci de votre témoignage. Toutefois, si de l'humidité apparaît dans un angle seulement du mur exposé au Nord, c'est qu'il existe probablement un pont thermique dans cet angle de la paroi (discontinuité de l'isolation). Ce pont thermique peut être détecté à l'aide d'une caméra thermique infrarouge (on en trouve aujourd'hui en location). Ce pont thermique est source de désordre dans la paroi et vous oblige à l'utilisation systématique d'un déshumidificateur pour assainir l'ambiance intérieure. Mieux vaudrait donc y remédier blunk

      Par ailleurs, la mise en oeuvre d'un système de ventilation régulé sur l'humidité de l'ambiance intérieure (système de ventilation hygroréglable) permettrait à la fois l'évacuation de l'humidité intérieure et le renouvellement suffisant et nécessaire de l'air intérieur en local d'habitation blunk

      Cordialement.
  • poulpine

    Il y a 2 ans

    Bonjour, nous avons racheté une maison avec une veranda. Un panneau pvc fait un angle avec un mur en pierre. Le probleme c'est qu'à cet angle, il y a toujours de la moissisure apparente et que la peinture est écaillée. J'ai nettoyé au vinaigre blanc mais je ne sais pas trop comment faire et quels produits utilisés pour bien isoler. Merci pour vos, conseils
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Pouline,

      Il peut effectivement s'agir de remontées capillaires, tout comme il peut aussi s'agir d'un défaut d'isolation (pont thermique) ou simplement d'un défaut d'étanchéité à l'air au niveau de la jonction du profilé PVC avec le mur. Comme justement dit par François, avant tous travaux, il vous faut diagnostiquer l'origine de l'humidité provoquant ses moisissures récurrentes.
      Vérifiez qu'il y a bien eu un joint d'étanchéité réalisé à la pose des montants de la véranda contre le mur de pierre.

      Cordialement.
    • François

      Il y a 2 ans

      C'est le phénomène de la remontée capillaire. Il faut trouver les endroits où l'humidité remonte et isoler. Avant toute chose avoir un hygromètre afin de mesurer le taux d'humidité de chaque pièce. Pour vous donner une idée, dans mon appartement récent, le taux d'humidité est de 40%.
      Votre problème est votre mur en pierre, il faut savoir si l'humidité remonte par le mur ou par le sol.
      Bonne continuation
  • Matthieu H

    Il y a 3 ans

    Bonjour,

    je souhaite isoler le plafond d'un garage RDC en bois pour isoler les pièces à vivre qui sont au dessus.
    A terme, ce garage sera éventuellement habitable et donc chauffé également.
    Quelle solution (épaisseur,R, pose croisée ou non, sens du Kraft) préconisez vous?

    Merci
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Matthieu,

      Pour la réalisation de l'isolation, il vous faut opter pour une pose en double lit : le 1er lit de laine posé entre solives doit avoir une épaisseur équivalente à la hauteur des solives. L'épaisseur du second lit posé de façon continue sous les solives dépendra de la résistance thermique du 1er lit rapportée à la performance thermique totale recherchée. En plancher séparant un local chauffé d'un local non chauffé, il faut au minimum prévoir R=4m2.K/W.

      Quant à la pose d'un pare vapeur, il doit toujours être positionné du côté chauffé de la paroi, soit ici, au plus près du plancher. Comme vous isolez par le dessous, il vous faudra d'abord mettre en oeuvre la membrane pare vapeur afin de recouvrir l'ensemble de la surface du plancher en épousant les solives (agraphes + scotch adapté pour recouvrir les agraphes). La membrane doit être posée de façon étanche à l'aide de mastic d'étanchéité et d'adhésifs adaptés à la membrane.

      Pour l'isolant, optez pour une laine semi-rigide afin qu'elle se maintienne bien en appui entre les solives le temps de poser le second lit continu à l'aide d'une ossature métallisque sous les solives (pose par embrochage sur suspentes). Pensez à dimensionner l'ossature pour le port d'un parement double en plaques de plâtre pour renforcer l'acoustique de ce plafond.

      Cordialement.
    • classique

      Il y a 2 ans

      Pour isolation thermique seulement: grosse laine de verre ou autre isolant thermique a mettre entre les chevrons et/ou via un faux plafond entièrement isolé. BA13 par dessus si pas de faux plafond.
      Pour une isolation phonique efficace en plus du thermique que conseille d'y ajouter une couche d'isolant liège entre la laine et le ba13 et si nécessaire dans la pièce du dessus sous le parquet flottant ou nouveau plancher.
  • patou2891

    Il y a 3 ans

    bonjour,je suis en voit d acheter une veille maison, l ancienne proprio lavai mis en location mes les gens ne l'on jamais chauffer donc sur certain mur il a des traces d humidité et tout les murs sont a refaire , j' aimerai savoir ce que je soit faire si il faut que je mette de la chaud avant de mettre la laine de verre et plaquo ?? en sachant que les murs sont deja en plaquo et en dessous c de la pierre
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Patou2891,

      Dans ce type de bien, le mieux est de déposer les plaques de plâtre posées pour refaire une isolation depuis les murs nus. Cela vous permettra d'une part de vérifier l'état des murs et vous permettra en plus de ne pas trop rogner sur la surface habitable.

      Selon les règles de l'art édictées par le DTU 20.1, il faut laisser une lame d'air entre le mur et l'isolation afin de laisser le mur gérer seul son hygrométrie. En présence d'humidité, il faut en rechercher la cause. S'il s'agit de remontées capillaires, la mise en oeuvre d'un drain périphérique peut améliorer la situation (http://www.qualiteconstruction.co...idite-en-sous-sol-des-batiments.html ). N'hésitez pas à faire appel à un professionnel.

      Pour ménager une lame d'air continue sur toute la hauteur des murs périphériques, vous pouvez mettre en oeuvre un système de double ossature. Vous trouverez en page 24 de ce guide, une solution pour la réalisation de cette lame d'air et l'isolation associée : https://www.isover.fr/sites/isove...C10424DBD281CB8233C7C6D_2014_109.pdf

      La mise en oeuvre d'un système de ventilation s'il n'existe pas dans la maison est à étudier pour le renouvellement sanitaire de l'air intérieur et pour éviter tout excès d'humidité dans l'ambiance intérieure.

      Pour réaliser l'étanchéité à l'air des murs intérieurs, pensez à mettre en oeuvre une membrane hygrorégulante. Elle assurera à la fois l'étanchéité à l'air et la régulation des transferts de vapeur d'eau dans les parois.

      Cordialement.
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Patou2891,

      Dans ce type de bien, le mieux est de déposer les plaques de plâtre posées pour refaire une isolation depuis les murs nus. Cela vous permettra d'une part de vérifier l'état des murs et vous permettra en plus de ne pas trop rogner sur la surface habitable.

      Selon les règles de l'art édictées par le DTU 20.1, il faut laisser une lame d'air entre le mur et l'isolation afin de laisser le mur gérer seul son hygrométrie. En présence d'humidité, il faut en rechercher la cause. S'il s'agit de remontées capillaires, la mise en oeuvre d'un drain périphérique peut améliorer la situation (http://www.qualiteconstruction.co...idite-en-sous-sol-des-batiments.html ). N'hésitez pas à faire appel à un professionnel.

      Pour ménager une lame d'air continue sur toute la hauteur des murs périphériques, vous pouvez mettre en oeuvre un système de double ossature. Vous trouverez en page 24 de ce guide, une solution pour la réalisation de cette lame d'air et l'isolation associée : https://www.isover.fr/sites/isove...C10424DBD281CB8233C7C6D_2014_109.pdf

      La mise en oeuvre d'un système de ventilation s'il n'existe pas dans la maison est à étudier pour le renouvellement sanitaire de l'air intérieur et pour éviter tout excès d'humidité dans l'ambiance intérieure.

      Pour réaliser l'étanchéité à l'air des murs intérieurs, pensez à mettre en oeuvre une membrane hygrorégulante. Elle assurera à la fois l'étanchéité à l'air et la régulation des transferts de vapeur d'eau dans les parois.

      Cordialement.
    • sofi29

      Il y a 2 ans

      Bonjour Patou2891,

      Dans ce type de bien, le mieux est de déposer les plaques de plâtre posées pour refaire une isolation depuis les murs nus. Cela vous permettra d'une part de vérifier l'état des murs et vous permettra en plus de ne pas trop rogner sur la surface habitable.

      Selon les règles de l'art édictées par le DTU 20.1, il faut laisser une lame d'air entre le mur et l'isolation afin de laisser le mur gérer seul son hygrométrie. En présence d'humidité, il faut en rechercher la cause. S'il s'agit de remontées capillaires, la mise en oeuvre d'un drain périphérique peut améliorer la situation (http://www.qualiteconstruction.co...idite-en-sous-sol-des-batiments.html ). N'hésitez pas à faire appel à un professionnel.

      Pour ménager une lame d'air continue sur toute la hauteur des murs périphériques, vous pouvez mettre en oeuvre un système de double ossature. Vous trouverez en page 24 de ce guide, une solution pour la réalisation de cette lame d'air et l'isolation associée : https://www.isover.fr/sites/isove...C10424DBD281CB8233C7C6D_2014_109.pdf

      La mise en oeuvre d'un système de ventilation s'il n'existe pas dans la maison est à étudier pour le renouvellement sanitaire de l'air intérieur et pour éviter tout excès d'humidité dans l'ambiance intérieure.

      Pour réaliser l'étanchéité à l'air des murs intérieurs, pensez à mettre en oeuvre une membrane hygrorégulante. Elle assurera à la fois l'étanchéité à l'air et la régulation des transferts de vapeur d'eau dans les parois.

      Cordialement.
  • Jeffd-du-lux

    Il y a 3 ans

    Bonjour,
    Je suis tombé sur ce forum par hasard en cherchant des informations sur l isolation.
    J ai acquis une vieille maison à retaper ou à raser, mais il ce pourrait que je soit obliger de garder les murs extérieurs qui sont en pierres de taille car la maison doit être du 19ème siècle.
    Quelles solutions est préconiser pour isoler de l intérieur dans le but de garder les pierres de tailles apparente à l extérieur.
    Et à l extérieur y a t'il un traitement à prevoir et peut être une protection au pied du mur ?
    Merci d avance.
    • Spiral

      Il y a 2 ans

      Drainage à l'exterieur si ce n'est pas fait, moi j'ai fais une isolation monier en toiture en sarking très efficace. Pour l'intérieur laîné de roche avec placo après séchage du mur.si mur toujours un petit peu humide après drainage pose sur rail.
  • Sevdel

    Il y a 3 ans

    Bonjour, j'habite dans un bâtiment des années 30 construit en brique pleine. Nous avons un grand mur aveugle orienté Nord-Est que nous souhaiterions isoler extérieurement quelle solution me conseillez-vous. Sachant que je préférerai des matériaux naturels pour laisser respirer la brique et éligible aux exonérations d'impôt.
    Merci
  • Geraldine

    Il y a 3 ans

    Bonjour,
    J'ai acheté une maison datant du 17 e siècle, nous avons pas mal de travaux dedans. Nous allons absolument isoler la toiture, le sol du grenier et mettre de nouveaux châssis. Nous voulions savoir s'il était mieux d'isoler les murs (via l'intérieur car nous voulons garder la façade intacte) ou si cela n'était pas nécessaire vu que ceux ci sont assez épais ? D'après vos explications, je vois que vous le conseillez, avez-vous d'autres conseils sur le choix, ... ?
    • Pierre

      Il y a 3 ans

      Une maison ancienne ne s'envisage pas de la même manière qu'une maison récente des année 70 par exemple. Pas de RTE pour les maisons antérieure à 1948.
      Vous pourriez ainsi mettre des enduits isolants (en fait peu isolant, pas de contre-terrain) et investir dans un poêle de masse, c'est probablement la meilleure solution actuellement.
      Oubliez les isolants secs sauf éventuellement pour le mur Nord, mais prévoyez du liège pour tout contre-terrain et jusqu'à un m au dessus du sol extérieur.
      Faites très attention à l'enduit extérieur, la tradition récente et souvent actuelle consiste à faire de faux enduits à la chaux, mêlés de ciment, c'est à dire étanches. privilégiez la chaux pure ou la terre si l'orientation le permet...
      Bonne chance
  • Palo 50

    Il y a 3 ans

    bonjours a tous,
    Je suis actuellement en plein projet de restauration d une grange. Je voudrais laisser une largeur de 1m de pierre apparente , sur 3m de hauteur. Le reste du mur (9m) sera isolé. Ce mur fait 50cm d épaisseur, il est exposé au nord, mais 'protégé' par un talus. J aurai donc voulu savoir si je ne risquais pas de trop perdre de chaleur dut au pond thermique, et si il n y avait pas trop de risques de condensation
  • kévin

    Il y a 3 ans

    Bonjour, ma copine et moi nous avons acheter une vieille maison de 1810, et il y a tous a refaire et je voudrais avoir une isolation qui ce rapproche beaucoup au maison BBC avec une bonne étanchéité a l' aire.
    Donc je voulais savoir si je pouvais mettre un pare vapeur dans les doublages et dans les combles pour avoir une meilleure isolation et étanchéité a l' aire?
    Et si il y avais un risque de condensation dans la maison?
    • La Brique

      Il y a 3 ans

      Bonjour,
      L'idéal est une isolation par l'extérieur (par exemple laine de bois + bardage ou enduit). Si pour des raisons esthétiques ça ne vous convient pas l'isolation intérieure est possible aussi. Si la maison est en terre, il est préférable de conserver l'aspect perspirant de la matière afin d'avoir une hygrométrie constante et agréable dans la maison. Privilégier pour ça les matériaux naturels. Pour garder un aspect ancien il y a des solutions de type chanvre-chaux. Pour faire moderne, plaques et panneau d'isolation.
      J'habite une longère pierre/terre que j'ai fait rénover et j'ai fait toute mon isolation en laine de bois soit extérieure soit intérieure selon ce qu'il était possible de faire.
      Pour le pare vapeur cela dépend un peu du mur. Sur de la terre c'est inutile. Certaines plaques comme le Fermacell pouvent si je ne me trompe pas faire office de pare vapeur.
    • Jeune pousse

      Il y a 3 ans

      Bonjour

      Avez-vous laissez un espace entre les murs en pierre et l isolant ( type fibre de bois?)
      D avance merci
    • kevin

      Il y a 3 ans

      ok c' est tous ce que je voulais savoir merci beaucoup
  • Tita 1985

    Il y a 3 ans

    Bonjour, on a acheté un vieille maison des année 1800 en pierre (mur de 80 cm d'épaisseur en moyenne) et j'aimerais savoir quel isolation me conseillez vous (épaisseur et type) pour l'aménagement de mes "comble" sachant que les mur font 1m80 au plus bas et 3m au plus haut. La toiture à déjà été isoler par l'ancien proprio mais je pense qu'il faut qu'on vérifie la qualité et l'épaisseur de tout ça
    Merci d'avance
  • christophe

    Il y a 3 ans

    Pourriez vous me donner une idée du type d'isolation a réaliser sur des murs en pierre pour une longère situé dans le 44 .(laine de verre ou roche,type de rails ,utilisation de film opt air ou varrio)
  • pat34

    Il y a 3 ans

    Bonjour, le coefficient R 3,7 englobe-t-il le mur plus l'isolant ?
    • sofi29

      Il y a 3 ans

      Bonjour Pat34,

      Si votre question concerne la résistance thermique minimale à mettre en oeuvre en murs pour que les travaux d'isolation soient éligibles au crédit d'impôt en 2014, alors R= 3.70m2.K/W est la résistance thermique de l'isolant seul. Cette exigence devrait être la même pour tous travaux réalisés en murs à compter du 1er janvier 2015 (travaux à faire réaliser en résidence principale achevée depuis plus de 2 ans). Cette valeur sera confirmée par la Loi de Finances pour 2015 à paraître fin décembre 2014 (publication au Journal Officiel de la République Française dernière semaine de décembre).

      A compter du 1er janvier 2015, pour que les travaux soient éligibles à cette aide fiscale (toutes autres conditions étant remplies par ailleurs), l'entreprise réalisant les travaux devra également être qualifiée RGE (Reconnu Garant de l'Environnement).

      Cordialement.
  • tony 31283

    Il y a 3 ans

    Salut à tous
    voilà je vais acheter une maison ancienne avec des mur de 60 cm en pierre en extérieur un enduit à à chaud est fait .à intérieur je compte laisser à vide air de 5 cm puis mettre une isolation par laîné de roche avec pare vapeur en 45 MM et petite astuce pour ne pas chauffer pour rien c'est de brancher un répartiteur de chaleur sur mon poil est fairé circuler l air chaud dans mon vide air cela assécher à mais mur de pierre ferra une barrière thermique au froid en plus de ma laine de roche.
    • picodon94

      Il y a 3 ans

      A tony 31283:

      Votre astuce de chauffer entre l'isolant intérieur et le mur (en y pulsant l'air chaud de votre poêle) serait catastrophique. Vous chaufferiez à l'extérieur de votre barrière thermique principale, la laine de roche. Vous chaufferiez ainsi surtout l'atmosphère extérieure, autant mettre votre poêle dehors !
      Avec votre "astuce", la température entre le mur et la laine de roche serait voisine, voire supérieure à celle à l'intérieur de la pièce (disons vers 20°). Les pertes de la maison au travers du mur (les calories qui passeraient à travers le mur) seraient ainsi les mêmes qu'en l'absence de la laine de roche. Vous auriez mis celle-ci pour rien !

      Picodon94, Ingénieur
    • pseudo

      Il y a 3 ans

      mettez de la brique chaux/chanvre, l’épaisseur de 60cm de vos murs apporte une inertie thermique, le chaux chanvre apportera le confort thermique (la sensation de froid vient de l'échange de calorie entre vous et les murs et du taux d'humidité de l'air) , l’aération le matin est l’idéal, elle fait entrer un air froid donc dense qui sera réchauffé ensuite créant une surpression qui chasse l'humidité vers l’extérieur...si vos murs respirent ! Et surtout éviter le ciment dans le bas des murs, il fait monter l’humidité par capillarité ! La chaux, on fait pas mieux dans ce genre de bâti.
    • samine

      Il y a 3 ans

      Bonjour tout le monde. Je commence juste à construire une maison en pierre ep 42cm. Je compte laisser la pierre apparente par endroits et recouverte dans d'autres par un enduit traditionnel à la chaux, aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur. Auriez vous svp des conseils à me donner? Je crains vraiment commettre une grosse gaffe irréversible
    • sofi29

      Il y a 3 ans

      Bonjour Tony 31283,

      Pour des travaux en conformité avec le DTU 20.1, la lame d'air laissée entre le mur support et l'isolant ne doit pas être ventilée. Elle est uniquement ménagée afin de laisser le mur gérer seul son hygrométrie.

      Avec un enduit extérieur réalisé, les transferts de vapeur d'eau pourront s'effectuer sans difficulté particulière. Un tel enduit permet également au mur de s'assécher.

      A noter, 45mm d'une laine de roche spécifique pour l'isolation des murs ne donnent qu'une résistance thermique R= 1.20m2.K/W (lambda de 0.037W/m.K), valeur insuffisante à obtenir confort et économies d'énergie quand bien même vos murs de pierre ont une épaisseur 60cm.

      Si vous ne pouvez consacrer beaucoup d'épaisseur à votre isolation, il vous faut au minimum respecter les exigences requis par la Réglementation Thermique pour les bâtiments Existants (RTE) dès lors que vous entreprenez des travaux d'isolation. La résistance thermique minimale à mettre en oeuvre en oeuvre en murs pour respecter la RTE est donc R=2.30m2.K/W. Il vous faut alors viser 75mm d'une laine de verre au lambda de 0.032W/m.K (R=2.35) ou 100mm d'une laine de roche au lambda de 0.037W/m.K (R=2.70).

      Par ailleurs, souffler de l'air chaud dans l'épaisseur de la lame d'air n'est pas à envisager. Plus l'air est chaud, plus il peut contenir de vapeur d'eau or cette vapeur d'eau condensera au contact de la pierre froide. Ce type de montage ne peut donc apporter que davantage d'humidité entre les murs et l'isolation mise en oeuvre et provoquer très rapidement plus de désordres que d'amélioration de la performance d'isolation de vos murs.

      Avec des murs de pierre, votre intérêt serait plutôt de prévoir la mise en oeuvre, au-devant de l'isolant (côté chauffé), d'une membrane hygro-régulante à large plage de Sd (résistance à la diffusion de vapeur d'eau) telle une membrane Vario Xtra afin qu'elle assure un rôle pare vapeur en hiver et permette le séchage des murs vers l'ambiance intérieure en été, lorsque les pressions s'inversent (Sd de 0.4 mètre en été à 25 mètres en hiver).

      De plus, la mise en oeuvre d'un système de ventilation est à envisager pour la qualité de l'air intérieur. En effet, notre mode de vie actuel est générateur de vapeur d'eau et un système permanent et régulé du renouvellement d'air permet d'éviter l'excès d'humidité dans l'ambiance intérieure.

      Cordialement
  • Adrien.b

    Il y a 4 ans

    Bonjour,
    Je rénove une vieille maison de village avec des mur en pierre de 50cm.
    je ne peut pas isoler par l'extérieur, je voulais savoir comment isoler correctement de l'intérieur sans avoir de problème d'humidité (type d'isolant, et placo plâtre ; hydrofuge ou pas...)?
    Est ce que le problème est le même avec les murs mitoyen (avec voisins) qu'avec les murs donnant sur l'extérieure.
    Cordialement
  • Inertie

    Il y a 4 ans

    Je ne suis pas d'accord avec le premier chapitre.
    J'ai eu l'occasion d'être dans une ancienne bâtisse avec des murs épais de 80 cm en pierre lors de la canicule du début des années 2000, la fraicheur était bien présente à l'intérieur.
    • ht

      Il y a 4 ans

      Les murs en pierre ont une inertie énorme et sont donc très efficaces en été car par leur inertie ils garantissent toute la journée une température moyenne entre celle de la nuit et celle du jour.

      En revanche l'hiver l'inertie n'apporte plus rien, car il fait froid le jour et la nuit. Ils se comportent alors moins bien que quelques centimetres de polystyrene.
  • Daniel 83170

    Il y a 4 ans

    Bonjour,
    j'ai de la moisissure qui apparait depuis 2 ans (?) dans les angles inférieurs coté murs ext de 2 chambres ( appart au 1er étage d'une grange ancienne rénovée en logement d'habitation il y a 15 ans). . Les murs (50cm d'épaisseur ) ne sont pas isolés (redressés au ciment, platrés et peints)
    Question : comment savoir si le problème est dù à la condensation ou à une humidité des murs (façades réalisées il y a 4 ans... avant pas de pb) ?.
    ps: depuis 4 ans la locataire utilise un poêle à granulés pour son chauffage
    et il y a Juste une ventilation naturelle basse et haute dans la pièce principale
    • talou

      Il y a 3 ans

      avant d isoler un mur, il faut s assurer que celui ci est sain! ( toute présence de moisissures, salpètres ( taches noires) si est camouflé par isolant et placo, accèlerera le processus de moisissure et d humidité bilan des courses , de l argent dépensé pour un résultat médiocre! . habitant une maison de 1940 avec problème de salpètre, et sensation d air humide ambiant a l intérieur, j ai fait appel a des pro de l humidité qui ont traité par injection de résine ( pas la résine de rubson! lol) toutes les 15cm le pourtour des murs créant un vide sanitaire artificiel avec en parallèle un produit badigeonné sur mur pour chasser l humidité stagnante liée a l air ambiant! on attend 1an en ayant pris des mesures hygrométriques auparavant et au bout d 1 mois suivant l application, la différence est nette!!!! cette sensation d air humide, frais disparait ! et selon l avis de l entreprise qui repasse on peut attaquer la phase 2 isolation murale. l injection de résine est garantie 30 ans sur le produit!!!mais doit toujours etre associée au badigeon du mur!......bonne réno intelligente, chaque chose en son temps!! pas de précipitation ! vite et bien ne sont pas copains!!!!...........au fait, le tarif est relativement correct pour une maison de 100M2: 2000 euros!!! après c est vous qui décidez..........les devis n engagent a rien
    • lobo

      Il y a 4 ans

      bonjour, en reno. sur les vieux murs montés à la chaux, il n'est pas bon de mettre du ciment (int. et ext.) les murs ne respire plus, l'humidité de la terre remonte par dans les murs mais comme tout est clos (murs cimentés, dalle en béton de ciment = 0 ) ça pourri. donc la seul vrai solution, il me semble est de remettre les murs à nu ( int.) et tirer un enduit à la chaux puis isolation comme expliqué plus haut (et attention à laisser des lames d'air).
      cordialement
    • regnier

      Il y a 4 ans

      Il est bon d préciser au dans le dtu 20. La lame d air est impérativement ventilée. Sinon fort risque de condensation
  • humi

    Il y a 5 ans

    Vouloir "stopper" l'humidité, c'est un échec assuré car solution qui dure entre 5 et 10 ans, pas plus, et créée des dégâts énormes dans les fondations.

    Laisser passer l'eau, c'est comme ça que les vieux murs fonctionnent.
    Et un mur ne "respire" pas (il n'y a pas d’évacuation d'air), mais il "transpire". Et l'eau transite dans le mur en état vaporisée et non à l'état liquide. Si l'eau condense à l'intérieur elle retombe à l'état liquide, et là vous obtenez un mur trop humide.
    Afin d'empêcher la vapeur d'eau de condenser dans le mur (le fameux point de rosée), il faut forcément chauffer ce mur, donc isoler par l’extérieur avec des matériaux qui laissent la vapeur d'eau s'en échapper en plus d'éloigner le point de rosée en dehors du mur.
    .
    • Nico

      Il y a 5 ans

      Est-ce que cela signifie que pour isoler thermiquement les murs d'une pièce (d'une maison en meulière), il faut éviter d'isoler par l'intérieur (avec un doublage en polyréthane par exemple) ? Est-ce que cette solution ferait finalement plus de dégâts à moyen terme qu'autre chose ?
      Merci
    • Humm

      Il y a 4 ans

      Eviter tous les isolants non perspirants sur des murs qui eux le sont, qu'il s'agisse d'une isolation par l'intérieur ou par l'extérieur.
      Sous peine de rétention d'eau et de dégradation du bâti.
      Attention également à apporter sur le point de rosée.

      Sur pierre ? Idéalement un isolant bois
  • vieux murs

    Il y a 5 ans

    Il est impossible de stopper l'humidité d'un vieux mur, toute tentative du blocage de capillarité se solde par un pourrissement pur et simple de la base du mur.
    La seule solution est de laisser respirer un vieux mur par les enduits naturels (chanvre chaux), et surtout de drainer suffisamment le tour de la maison. Ni trop, ni pas assez.
  • BUBU

    Il y a 5 ans

    C'est n'importe quoi : sur un mur en pierres (donc respirant), il faut éviter les mousses machin, le ciment, le polystyrène...). L'humidité va faire le tour de la mousse et ressortir ailleurs !
    C'est avec de la chaux hydraulique qu'on lutte contre l'humidité, car elle la régule.
    • Gwen

      Il y a 4 ans

      De la chaux hydraulique ?... c'est précisément ce qu'il faut éviter, ça équivaut à du ciment !!! Il vaut mieux utiliser de la chaux aérienne, qui, elle, a de véritables propriétés respirantes.
    • Calimero

      Il y a 5 ans

      Bonjour,
      J'ai une ancienne ferme, construite vers les années 1856 en pierres (noirs, môlasse et jointé de terre), rénové dans les années 70. Les murs intérieurs ont été doublés en laine de verre + brique. Par contre à certains endroits vers les ouvrants principalement j'ai l'impression qu'il n'y à rien. La pierre à ces endroits fait pont thermique et depuis l'année dernière, j'ai de gros soucis d'humidité. Le chauffage électrique (edf ayant baissé la distribution d'énergie pour faire face à la vague de froid) à été très insuffisant pour nous chauffer (à peine 3° à 5° et parfois en négatif..). Du coup l'humidité s'est mis dans les murs à ces endroits... moisissure intense, eau qui perle... Que puis-je faire à votre avis, sans pour cela dépenser une fortune car j'ai été licencié économique et là aussi la crise à été forte... J'avais entendu par une émission d'un procédé nouveau, faisant référence à nos anciens justement qui utilisaient la chaux, et la reprennant pour isoler par l'extérieur (celle-ci étant imperméable alors que le ciment lui est perméable) qu'en est-il exactement ? Connaissez vous ? qu'est-ce que la chaux hydraulique dont vous parlez et comment l'utiliser et ou m'en procurer ?. Escusez mon manque de connaissances évident en la matière, mais j'ai vraiment besoin d'aide et ni les commerces de bricolage ni les maçons que j'ai rencontrer n'on pu m'apporter une solution et ne connaissent pas les qualités de la chaux.
  • jm jag

    Il y a 6 ans

    pour stopper l humidite sur un mur ancien de pierre apparente une astuce soumise a des pro percer 2cm tous les 30cm en diagonale ex sur mur de 90 ensuite injecter de la mousse expensee qui a pour propriete imputrecible isolant thermique et phonique scelle les petite pierres et celle ci va stopper partout l humidite qui remonte par capillarite
    • Hmm

      Il y a 4 ans

      Si la pierre est jointoyée à la chaux l'humidité disparaît naturellement d'elle même.
    • khk

      Il y a 5 ans

      Qu' est ce que c' est que ces histoires? Il existe des produits sérieux à faire appliquer par des professionnels agrées comme moi, qui pénètrent réellement le mur et forment une vraie barrière isolante. Evitez de diffuser ce genre de stupidités de bricolos SVP!!
    • aziz

      Il y a 3 ans

      Il n'est pas dit (personne ne dit ça dans les commentaires qui vous précèdent) que ces produits n'empêchent pas l'humidité de remonter. Mais elle la contient effectivement (rien de plus logique?) sous cette matière étanche, et la base du mur finit donc immanquablement par pourrir (la pierre schisteuse notamment, plus rapidement).
      En apparence tout peut sembler aller, alors. Quid dans 20 ou 30 ans ? Il serait bon que certains professionnels du bâtiment remettent en question leurs acquis et adaptent leurs techniques aux supports et aux murs sur lesquels ils travaillent. Je suis pourtant loin d'être un puriste de la réno traditionnelle.
    • frane

      Il y a 5 ans

      bonjour khk,
      pouvez-vous me donner plus d'info s'il vous plait ?










    • domino20290

      Il y a 5 ans

      c'est quoi vos produits miracles ? et combien ça coute ?

× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.