Comprendre l'isolation thermique

Une isolation thermique été comme hiver

Date de l’article
25/09/2019
Temps de lecture
5 min de lecture
Afficher tous les détails de l’article
Une isolation thermique été comme hiver

Le confort dans une habitation dépend du maintien de la température intérieure souhaitée quelle que soit la saison. Les conditions de réussite du confort d’hiver comme d’été sont : isolation de très forte résistance thermique de toutes les parois (y compris les fenêtres) + ventilation adaptée à la saison + occultations extérieures + inertie thermique du bâtiment.

Qu’est-ce que le confort d’hiver ?

Une différence de température de quelques degrés entre l’ambiance et les parois ou entre les pieds et la tête fait frissonner. C’est la sensation d’inconfort. Ce sentiment gênant apparaît dès que l’écart de température est supérieur de 3°C entre la température des pièces et celle des parois (fenêtre, mur ou sol). On appelle cela l’effet de « paroi froide » qui disparaît dès que les parois sont isolées.

Isoler permet d’abaisser le niveau de la température d’ambiance. Seule une maison isolée permet de chauffer à 19°C avec un vrai confort thermique. Sachez que chauffer de 1°C de plus n’amène pas forcément plus de confort mais augmente la consommation d’énergie de 5%. De plus, isoler des parois, ventiler et chauffer modérément permet de maintenir une bonne hygiène de vie et assure la conservation du bâtiment.

confort-ete_medium.jpg

Qu’est-ce que le confort d’été ?

Autrefois, la taille des fenêtres était limitée pour éviter les déperditions l’hiver. Aujourd’hui les fenêtres sont plus grandes car elles sont plus performantes et équipées de volets efficaces. Lorsque les fenêtres sont orientées vers le sud, elles permettent de gagner plus d’énergie qu’elles ne perdent de chaleur en hiver. De plus, elles réduisent l’apport d’éclairage artificiel. 
Cependant, pour limiter les surchauffes en été, les surfaces vitrées ne doivent pas dépasser 25% de la surface habitable. Au-delà, l’échauffement de l'air intérieur par les baies génère de l’inconfort.

Dans les combles aménagés, les fenêtres de toit et les lanterneaux sont aussi source de surchauffe en été car ils sont soumis à l'éclairage zénithal toute la journée. Il est donc primordial de les équiper d'un vitrage à contrôle solaire et d' une occultation extérieure (volet ou a minima store extérieur). On peut leur préférer les chiens-assis mais ils nécessitent également une occultation extérieure en été. 

Qu'est ce que le confort d'été

Les conditions de la réussite du confort d’été

L’optimisation du confort d’été doit être prévue dès la conception de la maison. Le confort d'été dépend de plusieurs facteurs. Il résulte de la prise en compte des éléments suivants : 

  • forte résistance thermique des parois (ce paramètre a une influence de 2 à 4°C)
  • surfaces vitrées bien orientées et protégées (influence de 2 à 4°C)
  • ventilation nocturne de la maison pour évacuer la chaleur (influence de 2 à 5°C)
  • bonne inertie thermique L’inertie thermique d’un bâtiment, c’est la capacité à stocker et à déstocker de l’énergie dans sa structure, quelle que soit la saison. Elle définit la vitesse à laquelle le bâtiment se refroidit ou se réchauffe. L’inertie thermique d’un bâtiment est déterminée par l’ensemble de la masse de toutes les parois (murs, toiture, charpente, plancher…).  du bâtiment – ex : plancher lourd pour limiter l’élévation en température du bâtiment (influence de 1 à 3 °C).
sensation-froide_large.jpg

A savoir :

  • l’usage des appareils électroménagers (ordinateur, audiovisuel) contribue à un apport de 5°C, c’est pourquoi la ventilation est très importante.
  • le nombre de jours consécutifs de forte chaleur (au-delà de 5 jours) peut avoir aussi une influence de 3°C sur la température intérieure.

En savoir plus sur le confort d’été