Isolation des combles aménagés

Faisabilité de l’aménagement des combles

Date de l’article
2/10/2019
Temps de lecture
8 min de lecture
Afficher tous les détails de l’article
Faisabilité de l’aménagement des combles

En préalable à tout projet, il faut s'interroger sur la faisabilité de l’aménagement : de quelle nature est la charpente qui forme le comble ? Existe-t-il un plancher ou faut-il en créer un ? A quelles obligations administratives, ce projet est-il soumis ? Attention, certains travaux nécessitent des autorisations administratives qui vont de la simple déclaration préalable à la demande d'un permis de construire.

Aménagement des combles : nature de la charpente

La charpente est l'ossature du comble et elle détermine principalement le caractère habitable ou perdu du comble. Il existe 2 grands types de charpente : la charpente traditionnelle et la charpente industrialisée.

  • La charpente traditionnelle :

C'est la charpente idéale pour créer un aménagement des combles. Composée de fermes, pannes et chevrons, elle laisse dans le milieu du comble un espace disponible à l'aménagement. Un comble formé par une charpente traditionnelle comporte souvent un plancher, soit bois, soit béton. Pour être habitable (et confortable) la surface créée devra avoir une hauteur finie sous plafond d'au minimum 1.80m.

  • La charpente industrielle ou charpente fermettes :

Composée de fermettes industrielles espacées d'environ 60 cm, sa structure encombre la totalité du comble que l'on dit alors perdu. Y créer un espace habitable est un projet plus complexe car il faut restructurer cette charpente, la renforcer afin de pouvoir enlever des fermettes pour libérer l'espace à aménager. De plus, un comble perdu sous une charpente fermettes ne comporte pas nécessairement de plancher et il est donc nécessaire de le créer en s'assurant d'avoir une structure porteuse adaptée. Ces travaux ne s'improvisent pas et l'intervention d'une société spécialisée est alors indispensable afin de s'assurer de la faisabilité du chantier et garantir la pérennité de l'ouvrage.

Aménagement des combles : le plancher existant ou non

 Votre plancher, s'il existe, doit être porteur et suffisamment solide pour supporter la surcharge engendrée par l’aménagement du comble : cloisons (sèches, en carreaux de plâtre…), matériaux isolants, portes, équipements et ameublement. Avant toute transformation, il vous faut vous assurer de la résistance du plancher existant. De même, la création d'un plancher nécessite un calcul de charge préalable. Faîtes appel à un professionnel pour vous assurer de la stabilité globale de votre habitation avant travaux !

Aménagement des combles : déclaration préalable ou permis de construire

Au regard de l'urbanisme, la "surface de plancher de la construction" comprend la somme des surfaces de plancher closes et couvertes, sous une hauteur de plafond supérieure à 1,80 m, calculée à partir du nu intérieur des façades du bâtiment. Si vous aménagez des pièces dans un grenier existant, d'une hauteur sous plafond supérieure à 1.80m et sans création de surface de plancher additionnelle, nul besoin de permis de construire mais si vous créez de la surface aménageable par la création d'un plancher (lors d'une restructuration de charpente industrialisée par exemple), les règles suivantes s'appliquent :

- l'emprise au sol et la surface de plancher créée est supérieure à 5 m2 et inférieure ou égale à 20m², vous avez besoin d'une déclaration préalable de travaux ; au-delà, il vous faut déposer un permis de construire.

- lorsque votre bien est situé en zone urbaine disposant d'un PLU (Plan Local d'Urbanisme) ou d'un document d'urbanisme en tenant lieu, vous pouvez créer une surface de plancher inférieure ou égale à 40m² en déposant une simple déclaration préalable de travaux mais si votre agrandissement compris entre 20 et 40 m2 porte l'emprise au sol ou la surface de plancher totale de votre habitation à plus de 150m², il vous faudra obligatoirement déposer un permis de construire et faire appel à un architecte. 

La création d'ouvertures sur le toit (fenêtre de toit, lucarne ou chien-assis) nécessite une déclaration préalable de travaux car il s'agit d'une modification de façade.

NB : n'omettez pas de déclarer l'aménagement de vos combles aux impôts locaux car en cas d'oubli, vous vous exposez à un redressement sur 3 ans de la taxe foncière et de la taxe d'habitation, sans limite dans le temps, soit en cas de contrôle, soit au moment de la revente et même 15 ans après !

Autres points à ne pas négliger dans le calcul du coût de revient de votre aménagement de combles :

  • le raccordement aux réseaux domestiques

 -> au réseau d'eau pour toute création d'une pièce d'eau (salle de bains, wc) ainsi qu'au réseau d'évacuation des eaux usées - au réseau électrique pour l'ensemble des pièces - ventilation mécanique contrôlée (VMC), notamment indispensable dans les pièces humides

  • le mode de chauffage

 -> la chaudière est-elle suffisamment dimensionnée pour une extension à l'étage ? 
 -> si vous optez pour un chauffage indépendant électrique, l'isolation thermique du comble devra être d’autant plus performante

  • enfin, l'accès au comble s'il n'existe pas

 -> création d'une trémie et mise en place d'un escalier

Ce tour d'horizon ne se veut pas exhaustif mais nous souhaitons qu'il vous aide dans votre projet car on constate qu'un aménagement des combles soulève bien des questions auxquelles il vaut mieux s'intéresser avant de se lancer dans toute transformation !

Faisabilité de l’aménagement des combles