Gestion de l’humidité et étanchéité à l’air en combles perdus

Isoler des combles perdus en rénovation - Gestion de l’humidité et étanchéité à l’air en combles perdus

Pour une isolation thermique performante et pérenne, il est nécessaire de porter une attention particulière sur la gestion de l'humidité et sur l'étanchéité à l'air du comble. Pour ceci, il faut se référer aux Cahiers des Prescriptions Techniques qui indiquent la nécessité, ou non, de mettre en place un pare-vapeur et/ou une membrane d'étanchéité à l'air. Suivez nos conseils pour choisir la meilleure solution. 

Faut-il poser un pare-vapeur en isolation de comble perdu ? 

Lorsque les combles sont perdus et ventilés conformément aux exigences des DTU Couverture (série 40), un pare-vapeur (Sd  ≥  18 mètres ou sous AT) n'est pas forcément nécessaire (hors climat de montagne). Le CPT 3647 (Cahier de Prescription Technique disponible sur le site  www.cstb.fr ) indique les conditions dans lesquelles la mise en oeuvre est nécessaire.

Néanmoins pour l'isolation de combles perdus dont la toiture est équipée d'un écran de sous toiture non ventilé en sous face, la mise en œuvre d'un pare vapeur indépendant et continu doit être prévue sur l'ensemble de la surface du plancher avant isolation afin d’éviter tout risque de condensation dû à la  vapeur d’eau  présente à l’intérieur de l’habitat.

De même, lorsque l'ajout d'un plancher est prévu au-dessus de l'isolation pour utiliser le grenier à des fins de stockage, il est nécessaire de prévoir la mise en œuvre d'un pare-vapeur indépendant et continu sous l'isolant (isolant revêtu ou non d'un kraft).

Une étanchéité à l'air est-elle obligatoire dans un comble perdu ?

Le CPT 3560-v2 (règles de l’art pour l’isolation traditionnelle) impose la mise en œuvre d’une membrane d’étanchéité à l’air pour compléter l’isolation thermique dès lors que le plancher des combles est non étanche à l’air. 

Cas d’un plancher béton

Une membrane d’ étanchéité à l’air est inutile si le plancher des combles est une dalle béton, à condition toutefois que toutes les traversées de dalle par des conduits ou gaines (électricité, ventilation…) soient étanchées au pourtour de ces conduits et/ou gaines. Optez également pour des boîtiers électriques étanches pour l’étanchéité à l’air des alimentations électriques en plafond des pièces de l’étage inférieur.

Cas d’un plancher bois

Une membrane d’étanchéité à l’air doit être prévue lorsque le plancher des combles est un plancher bois. Ce plancher est considéré comme non étanche à l’air s’il est non revêtu en sous face par un enduit plâtre et qu’il est donc apparent en plafond des pièces habitables situées à l’étage inférieur. Dans ce cas, avant de réaliser votre isolation, posez une membrane d’étanchéité à l’air sur l’ensemble du plancher.

Cas d’un plancher sur ossature métallique

Un plancher en plaques de plâtre posées sur ossature métallique en sous face de solives est considéré étanche à l’air si les boîtiers d’alimentation électrique des plafonds de pièces de l’étage inférieur sont étanches à l’air. Toutefois, dans le temps, lorsque les finitions du plafond en périphérie et à la cueillie sont seulement réalisés à l’aide d’un mastic acrylique, il arrive que l’étanchéité à l’air ne soit plus assurée lorsque le mastic vieillit. Poser une membrane d’étanchéité à l’air avant le soufflage d’une laine en flocons ou la pose d’une laine en rouleaux entre solives permet de retrouver une qualité d’étanchéité à l’air protégeant l’habitat des fuites d’air parasites.

Tout comme on le réalise pour une isolation avec une laine à dérouler sur plancher , la membrane doit être étanchée :

  • en périphérie, à la jonction avec les murs donnant sur l’extérieur à l’aide d’un mastic acrylique adapté ;
  • à chaque traversée de la membrane par des gaines (électricité, ventilation) et à la jonction des lés de membrane entre eux, par un adhésif approprié et durable fixé au pourtour des gaines/conduits et sur toute la longueur des recouvrements de lés.

Il est plus facile de poser la membrane perpendiculairement aux solives pour pouvoir les épouser au mieux ainsi que l’espace entre solives.

Quelle solution choisir lorsque cette double exigence est requise ?

Il existe sur le marché une large gamme de membranes. Pour répondre aux exigences :

  • des membranes pare-vapeur classiques dont le Sd minimal est de 18 mètres.
  • des membranes d’étanchéité à l’air ayant aussi des caractéristiques pare-vapeur. Ces produits relèvent de la procédure d’Avis Technique du CSTB visant favorablement leur usage en combles. Exemple : les membranes dites « frein-vapeur », les membranes hygro-régulantes ou hygro-variables. Leur mise en œuvre doit être conforme aux prescriptions des fabricants, édictées dans leur Avis Technique respectif ( www.cstb.fr ).

En savoir plus :



× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.