Isolation phonique au sol désastreuse sur vieux plancher des années 60

Bonjour à tous, Je réside au 1er étage d'un immeuble de 1965 et rencontre un problème de nuisance sonore avec mes voisins du dessous. Ce sont surtout les sons aériens qui sont problématiques (voix, tv, rires). Je suis capable de comprendre leurs conversations dès qu'ils parlent un peu fort, et dès qu'ils haussent le ton ou bougent une chaise, ça devient l'enfer, tout raisonne à travers mon plancher, c'est presque sans filtre. A l'inverse, l'isolation avec mes voisins du dessus est très correcte. Je n'entends que les pleures de leur bébé de manière étouffée, et eux disent ne pas m'entendre du tout. En étudiant mon parquet, je crois comprendre qu'il s'agit d'un parquet lambourdes posées directement sur une dalle en béton. Entre deux lattes assez défoncées (le reste du parquet est en bon état), j'ai pu y glisser une fine lame jusqu'à 7cm de profondeur avant de toucher la dalle. J'ai donc l'impression qu'il y a tout simplement un vide énorme entre le parquet et la dalle, d'où un effet caisse de résonnance. Aucun isolant en vrac entre les lambourdes/solives, ni de plaque isolante directement sous le parquet ou sur la dalle n'existe, et le parquet ne doit pas être désolidarisé des murs. Selon vous, quelles seraient les solutions envisageables avec un cout raisonnable ? Faut-il obligatoirement passer par une rénovation totale en multipliant les couches (plaque de liège, plaques de Fermacell, bandes résilientes etc.) + un nouveau revêtement ? Mes voisins du dessus ont recouvert leur sol d'origine par une simple couche isolante et un nouveau parquet sans enlever leur sol d'origine, mais je doute que cela soit efficace chez moi si le vide entre parquet et dalle reste ainsi... Dans le même temps ça m'embête de devoir détruire mon parquet (35m2 au moins à refaire). Je ne m'attends pas à trouver une solution miracle. Mais le simple fait de pouvoir étouffer leur voix et de ne plus avoir l'impression de vivre avec eux serait un grand pas. Un grand merci par avance !
1 answers
Bonjour Thom, Sans isolant entre votre plancher et le plafond de l'appartement inférieur, l'affaiblissement acoustique ne résulte que de la dalle béton qui devrait pourtant procurer une atténuation correcte du bruit. Si votre plancher n'était pas désolidarisé, vos voisins seraient gênés par la vibration de vos pas transmise directement aux murs. S'ils ne se plaignent pas c'est sans doute que le problème est ailleurs. Je m'interroge donc sur le fait qu'il puisse éventuellement y avoir eu des percements faits dans la dalle lors d'une rénovation antérieure, par exemple pour le passage d'un chauffage central collectif ? Auquel cas, cela pourrait expliquer que vous entendiez aussi bien les sons qui restent, malgré tout, des bruits de la vie quotidienne. Vous pouvez tenter la même chose que vos voisins du dessus mais sans garantie que cela soit suffisamment efficace. Au-delà des travaux qu'ils ont effectués, il peut déjà y avoir eu une rénovation antérieure du plancher avec intégration d'un isolant dans son épaisseur si c'était un montage identique au vôtre. De même, si vous envisagiez une solution d'insufflation d'un isolant en vrac dans l'épaisseur du plancher, le résultat ne pourrait être garanti car cela se ferait à l'aveugle, sans assurance de couvrir entièrement la surface entre les lambourdes. Il est clair que la dépose du plancher existant pour vérifier l'état de la dalle et éventuellement la pose de manchons autour des tuyaux qui la traversent serait la solution la plus fiable pour faire une isolation acoustique répondant à votre attente de confort mais effectivement, cela conduit à déposer le plancher existant. Pour la solution à mettre en oeuvre, il faut désolidariser le plancher des parois latérales par une bande résiliente (Périsol ou équivalent), poser un isolant fibreux entre les lambourdes pour pièger l'onde sonore et l'atténuer puis des bandes résilientes (Phaltex ou équivalent) sur les lambourdes avant de poser à nouveau votre plancher. Bon courage !