Rénovation d'une ferme : isoler et réhabiliter un bâtiment innocupé

La première étape des travaux a été de consolider la maçonnerie, après avoir soigneusement vérifié qu’elle était saine, solide, en bon état et sans remontées d’humidité. Ensuite, de grandes baies vitrées sur la façade sud ont été créées pour apporter beaucoup plus de luminosité et participer au confort intérieur. L’hiver, elles favorisent les apports solaires, sources d’ économies d’énergie ; l’été, ces apports solaires sont atténués côté sud, par un débord de toiture qui barre le rayonnement direct du soleil au travers des baies.

Au chaud, au frais et au calme

Après dépose de la couverture, la charpente est consolidée et traitée contre les insectes xylophages et champignons lignivores. Des lucarnes construites dans le style régional et des fenêtres de toit sont posées pour éclairer les combles. La mise en place d’un écran de sous-toiture HPV permet de plaquer l’ isolation intérieure contre ce dernier et de gagner quelques centimètres en épaisseur.

Sous les rampants, deux couches de laine minérale de lambda 35 (80 + 240 mm) à résistance thermique R = 9,1 ont été posées. Une isolation thermique de très haut niveau avec pour conséquence directe un excellent confort acoustique . L’atténuation sonore est aussi améliorée par la pose de deux couches de plaques de plâtre sur l’isolation des rampants.

L’été, la surchauffe des combles est limitée grâce à cette isolation performante . D’autres facteurs contribuent au confort d’été :

  • l’inertie du bâti (plaques de plâtre phoniques, cloisons en carreaux de plâtre, plancher béton) ;
  • la végétation environnante ;
  • les stores extérieurs des fenêtres de toit.

Concernant les points singuliers, l’isolation des lucarnes est toujours délicate. Les joues (les côtés) et le chapeau (la toiture), pour des questions d’esthétique, ne peuvent être isolés avec une forte épaisseur d’isolant. Un panneau semi-rigide de laine minérale de lambda 30 et de 45 ou 60 mm d’épaisseur permet d’isoler efficacement les lucarnes et d’obtenir, avec un lambda 30, une résistance thermique de 1,5 voire 2.

Étanche mais ventilée

Comme le bâti ancien est particulièrement sujet aux infiltrations d’air (fissures, joints dans la maçonnerie, fenêtres, toiture…), un soin particulier a été apporté à son étanchéité :

  • pose de joints avant la mise en place des menuiseries
  • installation d’une membrane d’ étanchéité à l’air sur les isolants avant fixation des plaques de plâtre
  • calfeutrage des boîtiers et gaines électriques des prises et interrupteurs.

Cette étanchéité à l’air obtenue rend indispensable l’installation d’une VMC à simple flux hydroréglable. Il assure le renouvellement d’air selon le taux d’humidité intérieur. Contrairement à la VMC double flux , il ne préchauffe pas l’air entrant l’hiver, mais ne nécessite pas l’installation d’un double réseau de gaines, plus contraignant en rénovation.

En savoir plus sur :


0 commentaire


× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.