Qu’est-ce que l’étanchéité à l’air ?

Parfaite étanchéité à l’air - Qu’est-ce que l’étanchéité à l’air ?

L’étanchéité à l’air du bâtiment caractérise la sensibilité du bâtiment vis-à-vis des infiltrations ou fuites d’air parasites passant par l’enveloppe du bâtiment.

Pourquoi construire une enveloppe du bâti étanche à l’air ?

1

Une paroi non étanche à l’air dans un bâtiment est synonyme d’inconfort et de surconsommation d'énergie. Les fuites d'air dans la paroi (perméabilité à l'air des parois) génèrent des ponts thermiques qui sont source de déperditions calorifiques, de courants d’air et d'inconfort lié à la difficulté de chauffer le logement.

Ces fuites et infiltrations d’air sont aussi pénalisantes en termes :

  • de confort acoustique (pénétration des  bruits extérieurs  : là ou l'air passe, le bruit passe aussi !),
  • de qualité de l’air intérieur (perturbation du fonctionnement et perte de rendement du système de ventilation),
  • de consommation d’énergie (jusqu'à 20% de la consommation globale d'énergie),
  • de conservation du bâti (les défauts d’étanchéité de l’enveloppe sont source de condensation qui génère à terme des croissances fongiques responsables de la dégradation du bâti et de la santé des occupants).

En conséquence, en construction neuve ou en rénovation, il est primordial de concevoir un bâtiment parfaitement isolé, avec une étanchéité à l’air de qualité. Assurer un bon niveau d’étanchéité à l’air de l'enveloppe extérieure, c’est limiter les flux d’air parasites et être capable d’assurer l’efficacité des systèmes d'isolation et la bonne gestion de l'air intérieur pour obtenir un habitat sain, confortable et durable.

Pour atteindre une bonne performance d’étanchéité à l’air et garantir la performance énergétique du logement, il faut maîtriser les flux et infiltrations d’air parasites sur l’ensemble des parois du bâtiment.  L’étanchéité à l’air concerne toutes les parois et la liaison des éléments de construction entre eux :

  • murs, toiture et la jonction des différentes parois entre elles, 
  • jonction du bâti avec les menuiseries d’ouvertures (fenêtres, portes-fenêtres et portes donnant sur l'extérieur)
  • traversée de l’enveloppe extérieure du bâti par tout élément de construction tels que gaines et réseaux, conduit de fumée, etc.

Quelles sont les exigences de la réglementation thermique ?

L’étanchéité à l’air est définie par un coefficient de perméabilité à l’air appelé Q4Pa-surf, exprimé en m3/(h.m²) de parois froides déperditives (hors plancher bas). Ce coefficient de perméabilité à l’air du bâti indique le débit de fuites d’air traversant l’enveloppe sous un écart de pression donné.

La Réglementation Thermique ( RT 2012 ) impose une perméabilité à l’air du bâti, mesurée à la réception de l’ouvrage, inférieure à :

  • 0.6 m3/(h.m²) en maison individuelle,
  • 1 m3/(h.m²) en immeuble collectif d’habitation

Cette  mesure officielle doit être effectuée par un opérateur agréé par le Ministère en charge de la Construction, à réception de chantier, afin de vérifier que l’étanchéité à l’air est réalisée conformément aux exigences de la RT 2012.

Comment savoir si ma maison est étanche à l’air ?

2

Dans le neuf, l’étanchéité à l’air de l'enveloppe extérieure du bâti est une obligation réglementaire. Il appartient donc au constructeur de prévoir les systèmes et matériaux nécessaires à atteindre le niveau d’étanchéité à l’air requis. Depuis le 1er janvier 2013, entrée en vigueur de la RT2012, une mesure de l’étanchéité à l’air est obligatoirement effectuée à réception de chantier (hors démarche qualité agréée du constructeur/promoteur par l’administration).

En rénovation, les fuites d’air peuvent laisser apparaître sur les parements des traces de poussière et de moisissures au niveau des infiltrations. Il est donc important pour la qualité tant sanitaire qu'énergétique de votre bien de traquer les fuites d’air sur des points reconnus comme critiques.

Traiter l'étanchéité à l'air sur le chantier

L’objectif d’étanchéité à l’air doit être fixé dès le début du projet. Pour éviter les fuites d'air dans la construction, chaque corps d'état doit connaître les limites exactes de son intervention et les points singuliers à traiter. L'étanchéité à l'air ne peut pas être traitée uniquement par le dernier intervenant sur le chantier, elle doit être l'objet d'une attention particulière à chaque étape de la construction. Pour

parvenir à l'objectif d'étanchéité à l'air visé en début de projet, chaque métier doit : 

  • veiller au respect de la qualité de mise en œuvre
  • soigner les détails de l’exécution 
  • ne pas dégrader ce qui a été déjà réalisé.

Un autodiagnostic ou une mesure intermédiaire, préalable à la mesure obligatoire, est souhaitable car une fois le bâtiment terminé, les corrections sont beaucoup plus difficiles à apporter. N'hésitez pas à prévoir ce contrôle supplémentaire, par exemple lorsque le projet est hors d'eau/hors d'air, dans votre projet de construction pour optimiser l'étanchéité à l'air dès la finition du gros oeuvre. 

En savoir plus :


5 commentaires

  • Quentin

    Il y a 2 ans

    Bonjour,
    Dans le cadre d'une construction en brique avec une isolation extérieur, est ce qu'un rajout à l'intérieur d'une solution étanche à l'air est t'elle nécessaire ? Ou est ce que la maçonnerie de ce type suffit-elle?
    Cordialement
    • MarcIsover

      Il y a 2 ans

      Bonjour Quentin,

      Il est difficile de répondre à cette question ! Quels sera le type de briques utilisées, la nature de l’ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur), la qualité du montage ? Quelles sont les recommandations du fabricant des briques ?

      Il est recommandé de faire un test intermédiaire d’étanchéité à l’air avant la pose du parement intérieur afin de détecter les fuites éventuelles. Cela sera-t-il possible dans votre cas et dans quelle mesure pourrez-vous les traiter ou réaliser cette étanchéité si des défauts sont constatés ? L’isolation extérieure sera-t-elle faite à ce moment ?

      Pas facile de vous apporter une réponse !
  • cindy

    Il y a 4 ans

    Bonjour, nous sommes en train de faire construire notre maison en brique plein pied sans vide sanitaire et à différents endroits nous voyons le jour entre 2 briques parfois plus d'1cm d'écart qui selon le constructeur sera bouché par de la colle.
    Est ce que ça influera sur les ponts thermiques, l'isolation et l'humidité?
    Est-ce inquitant?
  • nath

    Il y a 4 ans

    Bonjour,

    Est-il possible de poser une membrane varioduplex entre 2 couches d'isolant (croisées, une entre les chevrons et l'autre en dessous) dans une isolation de la toiture des combles ?
    Cela éviterait d'éventuelles détériorations de la membrane lors de perçage du BA13 (pour accrocher qq chose au mur par exemple).

    Par ailleurs, faut-il tout de même un pare-vapeur sur l'isolant lors qu'on pose une membrane d'étanchéité (côté BA13) ?

    Merci d'avance.
  • yienyien52

    Il y a 4 ans

    Bonjour,
    mes combles aménagés ont étés isolés avec des laines isover ibr et mon constructeur à pose l'ensemble de l'isolation sans pare vapeur indépendant! ce système est t'il conforme. A t'il des obligations de mise en oeuvre? Est t'il obligé de suivre à la lettre le cpt3560v2.Merci de vos réponses.
    Cordialement
  • Minipoups

    Il y a 6 ans

    Bonjour,
    Ma construction neuve est en fermettes, écran HPV en combles perdues. Au plafond, BA 13 + pare-vapeur (entre rail et BA13). Au mur, panolène GR32 de 120 mm + BA13. Ma question concerne la jonction mur/plafond entre le pare-vapeur et le kraft du GR32. Je suppose qu'il faille faire retomber le pare vapeur davent le panneau GR32 et le scotcher au kraft ? Est-ce exacte ?
    Merci d'avance.
    • sofi29

      Il y a 5 ans

      Bonjour Minipoups,

      Conformément à l'article 4.6 de l'Avis Technique "Vario Toiture" (http://www.isover.fr/doc/isover/ficheP/20_10_188.pdf ) la membrane est découpée pour permettre un retour de 5 cm sur la paroi maçonnée. Ce retour de membrane est collée sur la maçonnerie à l'aide du mastic d'étanchéité Vario DS.

      Le parement en plaques de plâtre est alors réalisé conformément au DTU 25.41 avec notamment la plaque de plâtre fixée à la jonction rampant/mur à l'aide d'un rail ou cornière, en prenant soin de laisser une distance de 0.5cm entre la plaque et le mur maçonné pour éviter tout pont thermique. Cet espace est comblé à l'aide d'un mastic acrylique ou élastomère.

      L'isolation des murs est ensuite réalisée et la jonction entre les plaques de plafond et de murs est assurée par la pose d'une bande à joint (enduit + bande) ou d'un cordon de mastic acrylique ou élastomère.

      Vous trouverez sous le lien suivant, un exemple de réalisation d'isolation de pignon dans une toiture à double pente : http://www.isolationthermique.fr/...omment-isoler-un-mur-par-l-interieur

      Cordialement.

× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.