Fibre de bois

Isolants en laines végétales - Fibre de bois

Les isolants en fibre de bois sont élaborés à partir de bois ou de résidus de manufactures de bois défibrés selon un procédé industriel par voie sèche ou humide. Ce procédé permet d’obtenir des fibres liées entre elles avec ou sans adjuvant afin d’obtenir un produit plus ou moins souple. Les isolants en fibre de bois se présentent sous la forme de panneaux, feutres ou flocons pour l’isolation thermique et acoustique des bâtiments. 

Isolants en fibre de bois : caractéristiques

Les isolants en fibre de bois relèvent de la norme NF EN 13171 – Produits isolants thermiques pour le bâtiment – Produits manufacturés en fibres de bois (WF). Ce sont des isolants semi-rigides ou rigides , élaborés à base d’au moins 80% de masse de fibres de bois et d’un liant de composition diverse suivant la fabrication. Les fibres de bois servant à l’élaboration de ces isolants sont obtenues par défibrage de copeaux de bois.

Ces isolants relèvent du marquage CE et doivent faire l’objet d’une Déclaration de Performance (DoP) selon le Règlement des Produits de Construction. Ces informations sont obligatoires pour la mise sur le marché de ces produits et peuvent être certifiées par un organisme indépendant (ex. ACERMI ) afin d’en garantir toutes les caractéristiques.

Certains isolants à base de fibre de bois peuvent recevoir un liant afin d’obtenir un matelas « laineux », le plus souvent : des fibres de polyester, de polyuréthane, des polyoléfines (polypropylène, polyéthylène), des fibres textiles (coton, maïs) ou du latex. Ces liants assurent la cohésion des fibres et permettent de produire des panneaux plus ou moins souples et flexibles.

Pour assurer la résistance aux insectes, aux moisissures et champignons, les isolants à base de fibre de bois reçoivent généralement des traitements complémentaires fongicides et insecticides. Ils peuvent également recevoir des traitements ignifuges afin d’améliorer leur comportement en réaction au feu .

Comme tout matériau d’origine végétale , la fibre de bois est hygroscopique. Elle perd en performance lorsqu’elle est en contact avec de la vapeur d’eau, et toute retenue d’ humidité est susceptible d’engendrer des dégradations telles que moisissures, pourrissement, etc. Il convient donc de respecter les règles de mise en œuvre prescrites par les règles de l’art (ex. pose de pare-vapeur obligatoire) pour obtenir des performances pérennes.

Le coefficient de conductivité thermique (ou lambda) des isolants en fibre de bois varie en fonction :

  • de la masse volumique : de 0,038 à 0.045 W/m.K
  • de la reprise d’humidité de l’isolant qui influe sur la conductivité thermique : dans ce cas, la valeur du lambda utile est majorée de 0,005 à 0,008 W/m.K (pour rappel, plus le lambda est élevé, moins le produit est performant). La valeur déclarée doit être le lambda utile prenant en compte la reprise d’humidité.

On peut associer les isolants en fibre de bois à des isolants de nature différente, à condition de s’assurer que le montage retenu ait toujours une résistance à la diffusion de vapeur d’eau (Sd) décroissante de l’intérieur vers l’extérieur de la paroi, afin de ne pas bloquer de vapeur d’eau dans l’isolant et dans l’ouvrage. A titre indicatif, la perméabilité à la vapeur d’eau (Mu) de la fibre de bois varie de 2 à 5.

Les isolants en fibres de bois peuvent être mis en œuvre sur l’ensemble des parois du bâtiment pour autant qu’il n’y ait pas d’humidité (remontées par capillarité, porosité des parois,…).

Les Avis Techniques peuvent évaluer la performance de l’isolation ainsi que les spécificités de mises en œuvre associées ou non à la certification du produit.

Isolants à base de fibre de bois : à savoir

Les isolants à base de fibre de bois peuvent être intéressants du point de vue écologique lorsque les bois entrant dans leur fabrication sont issus de forêts locales ou régionales gérées durablement, conformément au règlement européen RBUE. Seules les Fiches de données environnementales et sanitaires , basées sur des analyses de cycle de vie, peuvent attester de leur impact environnemental. Ces FDES sont consultables sur la base de données publique : www.inies.fr .

Les isolants en fibre de bois sont également intéressants lorsque l’on s’inscrit dans une démarche d’obtention du label « bâtiment biosourcé ». Dans ce cas, ces isolants doivent justifier d’une FDES, d’un étiquetage sanitaire A ou A+ et pouvoir attester que les bois dont ils sont issus proviennent de forêts gérées durablement.

Comme pour tous les isolants, les emballages des isolants à base de fibre de bois doivent comporter un étiquetage sanitaire. Obligatoire depuis le 1er septembre 2013 pour tous les produits de construction destinés exclusivement ou non à un usage intérieur, cette étiquette indique le niveau d’émission de substances volatiles polluantes (ou COV) du produit par une classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions).

En savoir plus sur :



× OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.