Les ponts thermiques

Le 19/10/2012

Les ponts thermiques sont des points de jonction où l’isolation n’est pas continue et qui provoquent des pertes de chaleur. Bête noir du poseur de l’isolant, les ponts thermiques pèsent d’autant plus dans le pourcentage de déperditions de la maison que celle-ci est bien isolée.

Qu’est-ce qu’un pont thermique ?

Il y a pont thermique dès qu’il y a discontinuité entre des matériaux et des parois de structure. Les ponts thermiques principaux d’un bâtiment se situent aux jonctions des façades et planchers, façades et refends, façades et toitures, façades et planchers bas. Ainsi qu’à tous les percements (portes, fenêtres, loggias…). Ce sont les ponts thermiques structuraux. Ces ponts thermiques sont plus ou moins importants selon la constitution des parois (isolées ou non).

Dans un bâtiment non isolé, les ponts thermiques représentent de faibles déperditions (en général inférieures à 20%) car les déperditions totales par les parois sont très fortes (de l’ordre de >1W/m2K).
En revanche, dès lors que les parois sont fortement isolées, le pourcentage de déperditions dû aux ponts thermiques devient important (plus de 30%) mais les déperditions globales sont très faibles (inférieures à 0,3 W/m2K).
C’est la raison pour laquelle dans des bâtiments à faible consommation énergétique, il est important d’avoir de très fortes résistances thermiques pour les parois et de s’assurer d’avoir de faibles pertes de chaleur par les jonctions.

Déperditions d'une maison non isolée

Les ponts thermiques intégrés

Une paroi est presque toujours constituée de plusieurs composants assemblés entre eux par collage, vissage ou assemblage mécanique. Si leur conception n’est pas correcte, ces assemblages représentent autant de petits ponts thermiques intégrés au système, d’où leur appellation de ponts thermiques intégrés ou liés aux systèmes de parois ou d’isolation.

Comment agir sur les ponts thermiques ?

Au niveau de la conception, il est impératif de choisir des procédés de construction et des composants réduisant au maximum les pertes surfaciques par les parois et intégrant les pertes les plus réduites possibles au niveau des jonctions de ces parois. Quels que soient les systèmes d’isolation, il existe des solutions qui traitent à la fois de thermique, d’acoustique et/ou de sécurité incendie.

D’une façon générale, dans le cas des maisons individuelles, il faut une très bonne isolation du plancher et, selon le procédé d’isolation des murs , le plancher sera traité par une dalle flottante ou un système maçonné intégrant l’ isolation thermique .

20 commentaires :

Djamarc@gmx.fr
Répondre
15/09/2014 15:01

Bonjour
J'ai une maison phénix de 6 ans et le constructeur ne m'a pas isolé une chambre . J'ai du le faire moi-même. Ayant toujours froid hiver et chaud l'été dans cette piece qui se trouve au dessus du garage,
j'ai isolé le plafond de mon garage avec des dalles poly en pensant que le problème serait résolu mais non!jai donc fait venir un pro et avec son appareil il a vu Sur le mur en face que j'´avais des ponts thermiques. Avez vous une idée de ce que je peux faire.
0

 
Benjamin13
Répondre
25/08/2014 15:00

Bonjour et merci si vous trouvez le temps de répondre.
Je souhaite isoler le plafond de mon sous sol de 35m2 qui est sous le salon salle a manger.
La pièce du sous sol fait 4 m de largeur sur 9 de longueur.
Le plafond du sous sol est en hourdis avec 4 traverses dans le sens de la largeur. Je souhaite isoler avec de la laine gr32 75mm.
Je me pose question de la manière de réaliser le plafond soit en auto portant plus rapide et moins compliqué entre les hourdis. Les montants doubles feront 2m de longueur

L autre option avec fourrure et renfort au milieu avec tige fileté .
Le plafond auto portant générera des ponts thermiques car la laine sera positionnée entre les montants . Donc pont thermique tous les 50 , 60 cm.
Le plafond sur fourrure uniquement dans le sens de la largeur de la pièce si je pars sur du rouleaux de 8m par 1,2m.

Avez vous un conseil sur la solution la plus intéressante techniquement et économiquement parlant ?

Merci

Benjamin

 
novinceky
Répondre
04/08/2014 15:00

Bonjour à tous,

Je viens d'acheter une maison ancienne de 1940 qui n'a jamais été isolée. La maison est un rectangle de 10 m par 8 m, avec des fenêtres et portes symétriques uniquement sur les cotés est et ouest, rien au nord et au sud. Elle est bâtie sur un sous-sol aménageable avec dalle béton au sol. Ensuite, vient le RDC, avec des sols en parquets ou en carrelage. Puis, un étage avec les chambres et la salle de bain avec des parquets au sol également. Enfin, sous toiture il y a un grand grenier (avec rampants), présentant de la hauteur et un parquet au sol. Je souhaiterais dans l'idéal réaliser moi-même une isolation pas l'intérieur des murs et du toit. Pour la toiture, ils s'agit de combles aménageables et j'ai assez de documentations et de compétences de par mon travail pour la réaliser. Pour les murs, je me retrouve confronté à plus de problèmes techniques, paradoxalement. Je précise que je n'ai pas les finances pour isoler aussi les planchers, que je souhaiterais d'ailleurs conserver. Les pièces sont hautes et comme je dois refaire les réseaux électriques, je pensais faire des faux plafonds en BA13 partout. Un premier problème se pose alors pour le traitement du pont thermique à ce niveau, mais c'est encore gérable avec une documentation adaptée. Je précise que je ne compte pas forcément mettre un isolant sur tout le faux-plafond, mais seulement faire un retour de laine de verre au niveau des angles pour traiter le pont thermique. Déjà, Est-ce que ça vous paraît correct ? Au niveau des planchers, là je ne sais pas du tout comment faire. Il est préconisé d'isoler le plancher, donc de retirer les parquets et tout refaire, mais comme je n'aurai pas les finances et le temps, je cherche une solution alternative. Dois-je aussi retirer le plancher en périphérie seulement pour fixer mes rails sur la chape ou dois-je les fixer directement sur le plancher ? Comment éviter le pourrissement du plancher à terme avec la présence du pont thermique. Bref, j'ai besoin d'idées, car s'il y a trop de ponts thermiques, l'isolation perd il me semble une grande partie de son intérêt

merci.

 
Mika79
Répondre
19/11/2013 10:00

Bonjour,
Je suis propriétaire d'un appartement dernier étage, dans un immeuble construit il y a 5 ans. Seulement voila, une partie des murs de mes 2 chambres ne sont pas isolés, ( hallucinant pour une construction récente) les murs coté pignon. Ces murs sont visiblement en béton cellulaire, parfaitement droit et plan, non humide, mais les murs sont froid surtout l'hiver, bien évidemment. Je souhaiterai isoler ces 2 murs ( un par chambre), mais je ne sais quelle est la meilleure méthode. J'avais pensé a une mise en place de ce type :
- Placomur Ultra 32 10+80 ou 120 ( je ne sais pas trop en fait, d'autant que les chambres sont petites), 250 x 120 cm.constitué d'une plaque de plâtre BA10 et d'un isolation de PSE Ultra 32 de 120 ou 80mm d'épaisseur.
Mise en oeuvre par collage avec mortier adhésif sur support maçonné.
- Ou bien la méthode plus classique avec rail, laine de verre , placo etc..quelle serait la meilleure solution? Merci pour vos conseils
Les chambres font a peine 9-10m2 pour information, et les murs sont orientés nord.

Francis
Répondre
11/03/2014 11:30

Bonjour avez vous pu améliorer la situation ?
Étant moi même dans le même cas


 
olive
Répondre
28/10/2013 10:00

bonjour nous venons d’acquérir ma femme et moi une longère d'après guerre nous avons pour projet d'installer la membrane opt'air sur les murs du rez de chaussée et la membrane vario duplex dans les combles qui seront aménagés, ayant fait le tour du site je n'ai pas trouvé réponse à ma question qui est la suivante
je n'ai pas de dalle béton à l'étage ,c'est un plancher bois non isolé
faut il faire une liaison d’étanchéité entre la membrane opt'air et la membrane vario duplex (cad superposer les lés dans les rampants )
OU
isoler à l'air complètement le rdc et le dans ce cas comment puis je faire pour garder une étanchéité à l'air dans mes combles vu que le plancher n'est pas isolé ?? merci à vous d'éclairer ma science


 
rebillard
Répondre
30/09/2013 10:30

bonjour
je possede une maison de 20 ans construite a l'époque au normes promotelec isolant 9+1 polystyrene et placo
dans les combles perdus j ai de la laine de roche ou de verre pulverisee
je souhaiterais completer mon isolation

comment faire sachant que au niveau des murs c est impossible
reste l e plancher des combles perdus !!

apposé un 20 taine de cemtimetre d e laine de verre ou de roche?
merci


 
Grand Duc
Répondre
23/09/2013 12:15

Bonjour,
Je vous remercie pour les explications.
J'habite un appartement dans un petit immeuble dont la façade arrière va être isolée (couche de +/- 15 cm agglomérat Société BATI's). Est-il possible qu'un pont thermique apparaisse APRES l'isolation au niveau de volets placés en conformité aux normes (chassis-volets high quality) en 2010 donc matériel de dernière génération ?
Si, l'isolation est bien faite, de "pont thermique" apparaitrait où ? Actuellement tout est très correct or l'isolation façade est pauvre.....
Merci de me renseignenr car ayant fait de la physique (y a quelques années :-) ), je ne vois pas comment cela pourrait apparaître..... et surtout, à quel niveau ? Volets extérieurs, commande électrique ....


 
Seif
Répondre
12/09/2013 11:51

Bonjour,

J'ai trouvé l'article très intéressant surtout que je suis un novice en isolation.
Je suis actuellement confronté à un problème. j'ai une chambre froide (-24°C) qui me pose gros soucis, j'ai remarqué que de la condensation s'était formée entre le faux plafond et la laine de verre.
Je soupçonne un pont thermique, l'eau condensée s'est infiltrée dans les parois de la chambre et coule le long pour finalement formé une plaque par terre (dangereux).
La laine de verre est trempée et moisie coté pare-vapeur.
j'avoue être à court de solutions, j'ai pensé à un volume d'air entre la laine de verre et la paroi de la chambre négative histoire de ventiler..ou retourner la laine de verre pour faire le schéma inverse de celui d'une maison souhaitant isoler de la chaleur.

si vous avez des idées je suis preneur, d'autant que vu la qualité de l'article je suis certain de la qualité de la réponse apportée.

merci à vous.


 
Alex
Répondre
13/05/2013 10:15

Bonjour! Article très intéressant en effet!
Mais je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi les pertes dues aux ponts thermiques sont plus grandes dans une maisons isolée? :/

Fab
Répondre
30/09/2013 10:30

Elles sont plus importantes proportionnellement aux pertes globales.

EnerGeo
Répondre
12/09/2013 11:51

Plus un bâtiment est isolé et plus les pertes engendrées par les ponts thermiques seront importantes. Effectivement, plus l’enveloppe est résistante, plus la chaleur privilégiera les faiblesses occasionnées par les ponts thermiques pour sortir de l'enveloppe.

En comparaison, si 100 personnes souhaitent rentrer à une ville X et qu'une 20aine de route sont disponibles, le trafic se réparti (cas d'une maison mal isolée ou les déperditions sont réparties). En revanche, si 18 routes ferment le même jour, tout le monde devra emprunter 2 routes et des embouteillages se formeront (cas d'une maison bien isolée où plus d'énergie s'échappera par les ponts thermiques)

picodon94
Répondre
11/03/2014 11:30

Non, l'analogie avec une foule et des portes ouvertes ou fermées est complétement fausse. La chaleur "ne se précipite pas" vers les ponts thermiques, elle sort "localement" du bâtiment. Après avoir tout isolé, sauf les ponts thermiques, les calories perdues par les dits ponts thermiques seront inchangées, rigoureusement. Simplement, les pertes par les ponts seront plus fortes en pourcentage du total, puisque les autres pertes seront plus faibles.
Pour parler en coût de chauffage, plutôt qu'en calories, Joules ou kwh, si votre maison vous coûtait 2000 € de "carburant "par an dont 1800 € pour les parois et 200 € pour les ponts thermiques, et qu'en isolant vous gagnez un facteur 5 sur les pertes autres que les ponts, après isolation le coût sera de 1800/5 = 360 €, plus les 200 € des ponts thermiques inchangés, soit 580 € au total. Les ponts au départ coûtaient 10 % de la facture, ils en représentent après l'isolation environ 35 %. Mais ce n'est pas très grave puisque c'est 35 % de pas grand chose (d'une facture divisée par presque 4).

Faut-il réduire les ponts thermiques ? Oui si c'est possible à un coût raisonable, proportionné à l'économie réalisable sur la consommation future. Non si le coût est tel que le retour sur investissement se fera sur 50, 100 ans, ou plus. En rénovation, réduire les ponts n'est pas toujours facile, voire quasi-impossible (dalles). Mais il ne faut pas en faire une maladie, si on a bien isolé tous les murs, le toit, et si possible le sol, il ne faut pas trop se tracasser pour ces fameux ponts thermiques. L'essentiel est déjà fait.

Les catalogues, notices, documents divers, se gargarisent de "ponts thermiques", visiblement sans que leurs auteurs sachent très bien de quoi ils parlent. Le vocable semble en réalité recouvrir et mélanger deux choses assez différentes : d'une part les simples "trous dans l'isolation", c'est à dire l'absence d'isolation sur une certaine surface. Et d'autre part les "ailettes" (terme utilisé dans les ouvrages scientifiques sur la thermique). Le simple trou dans l'isolation n'est pas très grave, si par exemple 1 m2 n'est pas isolé sur un mur de 100 m2 on aura quand même réalisé l'isolation à 99 %. Par contre une ailette a un effet amplificateur. Elle augmente la surface d'échange entre le milieu extérieur et le milieu intérieur. Tous ceux qui ont eu une mobylette dans leur jeunesse savent ce que c'est qu'une ailette: on place des ailettes autour du moteur pour qu'il se refroidisse mieux, la chaleur se précipite dans les ailettes qui sont très conductrices (métal), et qui ont une grande surface d'échange avec l'air. Dans un bâtiment, une dalle entre deux niveaux est une ailette. La chaleur passe dans la dalle, bonne conductrice (30-50 fois plus qu'un isolant), et elle s'y propage jusqu'au mur qui la soutient. Par rapport à une absence d'isolation sur l'épaisseur de la dalle (10-20 cm), il y a ainsi amplification des pertes. Je ne connais pas le facteur d'amplification, il dépend de divers facteurs, il est certainement au moins de 2, et j'espère moins de 5. Je n'ai jamais réussi à trouver d'ordre de grandeur pour les cas typiques. Il faudrait résoudre numériquement sur ordinateur "l'équation de la chaleur" qui gouverne tout ça. C'est possible, il ya probalement des logiciels existants utilisés dans les cabinets d'architectes et ingénieurs pour les grands projets innovants.

Voilà, en rénovation où tout est un compromis, il faut ne pas trop être obsédé par les fameux ponts thermiques. Les simples "trou dans l'isolation" ne sont pas dramatiques tant qu'ils représentent pas plus de quelques pourcents de la surface totale isolée, il ne faut pas dépenser des sommes qui seraient exhorbitantes en rapport des maigres gains obtenus. Les ailettes sont plus significatives, mais pas facile à supprimer comme le cas des dalles qui ne peuvent êtres bien traitées que par l'isolation par l'extérieur (par l'intérieur il faudrait recouvrir la dalle d'un isolant, par en dessous et par en dessus, afin qu'elle soit topologiquement à l'extérieur comme on dirait en mathématiques).

Picodon 94, Ingénieur Physicien








 
chuck
Répondre
27/03/2013 10:30

très intéressant, faudrait mettre quelques images pour mieux comprendre

la classe des sti2d option ac
Répondre
19/05/2014 10:15

très intéressant, faudrait mettre quelques images pour mieux comprendre meme si on est des machines de guerre.
Merci


 
lili
Répondre
11/03/2013 10:45

Bonjour,
Suite à des moisissures constatées sur les murs de notre appartement situés côté façade de l'immeuble, nous avons fait poser des plaques de PA13 amaincis. Des moisissures demeurent cependant sur le plafond, au niveau de l'angle du mur. Que faire ?

Peut-on déduire la somme des travaux de nos impôts? A quel poucentage ?
Merci d'avance, je ne trouve pas la réponse sur internet.
Lili

sofi29
Répondre
05/09/2013 16:50

Bonjour Lili,

Poser simplement une plaque de plâtre sur un mur moisi ne peut en rien réglér un problème de moisissures, au mieux cela les cache temporairement mais elles finissent par réapparaître si la cause provoquant ces moisissures n'est pas réglée.
En cas de moisiisures sur un mur et/ou à l'angle avec le plafond, cela peut venir :
- d'un problème d'étanchéité en façade (fissures dans l'enduit)
- d'un défaut d'isolation des parois = un défaut de continuité de l'isolation crée un pont thermique puis des désordres de type moisissures, décollement des revêtements, etc.
- d'une insuffisance de ventilation de la pièce
- ou de ces problèmes conjugués :-(.
Il faut donc chercher la cause de la présence de ces moisissures avant toute chose.
Les travaux de rénovation ne peuvent être pris en compte au titre du crédit d'impôt que s'il s'agit de travaux d'amélioration de la performance thermique avec une résistance thermique minimale à mettre en oeuvre selon le type de paroi et à la condition qu'ils soient réalisés par une entreprise. Vous trouverez toutes les informations sur le crédit d'impôt dans l'article dédié : http://www.toutsurlisolation.com/Votre-projet-de-A-a-Z/Le-credit-d-impot-pour-l-isolation

Cordialement.


 
Fab'
Répondre
25/02/2013 11:30

Parfait, mais vous oubliez le pont thermique le plus fréquent et le plus vicieux :
la gaine électrique !

comment éliminer ce flux d'air froid qui suit simplemnt la gaine venant de votre lampe extérieure vers votre interrupteur interrieur ?

sofi29
Répondre
26/02/2013 15:06

Bonjour Fab,

Le moyen le plus rapide et le plus efficace pour supprimer cette circulation d'air parasite serait de remplacer vos boîtiers électriques actuels par des boîtiers étanches. De plus, si vos murs sont isolés par un complexe de doublage, assurez-vous également qu'il existe bien de l'isolant à l'arrière des boîtiers.

Cordialement.


 
Jack
Répondre
30/10/2012 11:15

très intéressant, faudrait mettre quelques images pour mieux comprendre


 
Ajouter un commentaire