Failles d’étanchéité à l’air

Le 15/3/2013

Une mesure de perméabilité à l'air du bâtiment permet de vérifier la qualité d'exécution.

Pourquoi mesurer l’étanchéité à l’air ?

Pour tout bâtiment conforme à la RT 2012, une mesure de l'étanchéité à l'air est obligatoire. Elle est effectuée à la réception de chantier donc lorsque le bâtiment est prêt à être habité. Or à ce stade, les fuites d'air sont difficiles voire quasiment impossibles à réparer. Aussi vaut-il mieux prévoir un test intermédiaire, réalisé lorsque les conduits et gaines sont passés, l'isolation et la membrane d'étanchéité posées mais les parements non mis en place afin de procéder au repérage puis à la réparation des fuites d'air parasites. Ce premier test permet de vérifier la qualité de l'enveloppe du bâti du point de vue de l'étanchéité à l'air. Un second test effectué lorsque la maison est habitable permet de juger de la qualité globale du bâtiment en fonctionnement. Il est donc conseillé de prévoir dès le début du projet les rendez-vous de contrôle de perméabilité à l'air afin d'intervenir le plus en amont possible pour effectuer les corrections qui s'avèreraient nécessaires.

En savoir plus sur le suivi de chantier en rénovation ou dans le neuf .

Test d’étanchéité ou d’infiltrométrie

L'objectif est du test d'infilométrie est de visualiser les infiltrations d'air parasites et de quantifier la perméabilité à l'air de l'enveloppe du bâti. Il s'agit d'un test in situ, effectué une fois la maison prête à être habitée. Le matériel le plus souvent utilisé en habitat individuel est le système de la porte soufflante ou Blower Door®. Par ce système, on provoque la mise en dépression ou surpression du bâtiment à l'aide d'un ventilateur. Les fuites sont alors repérables à l’aide d’une poire à fumée par exemple.

Le protocole de mesure s'effectue en 5 étapes :

  • obturation des orifices par obturateurs gonflables (bouches de ventilation) ou adhésif étanche à l'air (aération des menuiseries) y compris l'entrée d'air nécessaire au fonctionnement d'un appareil de combustion : cheminée, poêle),
  • mise en place de la porte soufflante
  • mise en place du dispositif de mesure (anémomètre à fil chaud, ordinateur pour piloter le ventilateur, thermomètre, humidimètre),
  • visualisation des points de fuites (poire à fumée),
  • mesure du débit de fuite pour 5 à 10 paliers de pression.

1 commentaire :

AERO TESTS infiltrométrie
Répondre
10/02/2014 15:45

Article qui résume bien le principe de l'infiltrométrie. Cependant, pour compléter ce qui est écrit au premier paragraphe du protocole, dans le cas d'un test final, l'obturation d'un conduit de cheminée ou d'un poêle n'est pas permis sauf si on utilise le mécanisme prévu dans l'appareil (trappe de fermeture, clapet, registre)

 
Ajouter un commentaire

OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques de visites et pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

×